L’identité des deux ravisseurs Canadiens tués lors de l’attaque d’In Amenas révélée

1
Xristos Katsiroubas, issu d'une famille grecque orthodoxe, mais qui se serait converti à l,islam. Un des deux jeunes qui ont trouvé la mort en participant à l'attaque du site gazier d'in Amnas en janvier dernier (source : CBC)
Xristos Katsiroubas, issu d’une famille grecque orthodoxe, mais qui se serait converti à l’islam. Un des deux jeunes qui ont trouvé la mort en participant à l’attaque du site gazier d’In Amenas en janvier dernier (source : CBC)

La CBC, la télévision publique canadienne de langue anglaise, a identifié lundi soir les deux Canadiens tués ayant participé en janvier dernier à l’attaque et à la prise d’otages par un groupe islamiste sur le site gazier algérien d’In Amenas, qui s’était terminé dans un bain de sang.

Lors de l’assaut des forces algériennes contre le complexe, 37 otages étrangers et un otage algérien avaient été tués, ainsi que 29 ravisseurs.

Les Canadiens figurant parmi les ravisseurs islamistes tués lors de l’assaut des forces algériennes contre le complexe gazier où ils s’étaient retranchés avec les otages sont deux jeunes étudiants de London, en Ontario, âgés d’environ 24 ans.

Il s’agit de Xristos Katsiroubas, issu d’une famille grecque orthodoxe, mais qui se serait converti à l’islam, et de Ali Medlej. Tous deux étaient amis et vivaient dans un quartier résidentiel multiethnique de classe moyenne, selon la CBC.

La télévision canadienne mentionne qu’il serait probable que Katsiroubas et Medlej se soient fait sauter intentionnellement dans la grande explosion qui avait emporté les dix derniers otages.

Toujours selon la CBC, deux autres anciens camarades d’école de Katsiroubas et Medlej, peut-être plus, les auraient accompagné dans l’aventure, sans que l’on sache s’ils ont participé à l’attaque du site gazier d’In Anemas et on ignore s’ils sont toujours en vie.

Le 23 mars dernier, la GRC avait confirmé, sans donner d’autres détails, qu’il y avait deux Canadiens parmi les membres du commando tués.

La CBC a précisé lundi, s’appuyant sur des sources policières, que Katsiroubas serait probablement ce membre du groupe des ravisseurs blond parlant anglais sans accent dont parlaient les otages survivants.

La télévision publique canadienne affirme aussi que le SCRS, le Service canadien de renseignement de sécurité, se seraient intéressé à eux en 2007,  mais qu’au moment de leur départ à l’étranger, les deux jeunes étudiants n’étaient plus surveillés par les services de renseignements canadiens.

D’après leurs anciens camarades, contactés par la CBC, ils auraient tous deux terminé leurs études en 2007. Medlej aurait terminé ses études secondaires, alors que Katsiroubas les aurait plutôt abandonnées. Abandonnées.

Katsiroubas se serait converti à l’islam, à une date non précisée, tandis que Medlej se serait marié vers 2009.

Environ deux mois après l’attaque d’In Amenas, des agents du SCRS ont à nouveau interrogé les proches des Canadiens à leur propos, sans toutefois indiquer pourquoi ils le faisaient ni révéler qu’ils étaient morts.

L’identité des deux ravisseurs canadiens tués lors de l’attaque d’In Amenas révéle (Vidéo : CBC)

À lire aussi :

Attentat terroriste d’In Amenas: le corps d’un Canadien identifié >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.