Livre blanc sur l’Armée chinoise: le nombre de militaires et d’unités dévoilé pour la première fois

4
Les budgets militaires asiatiques flambent (Photo: FreeFr)
Les budgets militaires asiatiques flambent (Photo: Archives/FreeFr)

Le Bureau de l’Information du Conseil des Affaires d’État de Chine a publié à la mi-avril un livre blanc sur le rôle de l’Armée populaire de libération (APL) de Chine, rapporte l’agence officielle chinoise Chine Nouvelles. C’est le 8e livre du genre publié depuis 1998 par le gouvernement chinois.

Le document porte, notamment, sur «l’utilisation diversifiée des forces armées chinoises» et dévoile pour la première fois les numéros d’unités de tous les 18 corps combinés de l’armée de terre chinoise et les nombres de militaires des unités opérationnelles mobiles terrestres, de la Marine et de l’Armée de l’air.

Le porte-parole du ministère chinois de la Défense, Yang Yujun, en présentant ce livre blanc, a déclaré: «Ce livre blanc comprend quatre parties, à savoir la préface, le texte principal, la conclusion et l’annexe. Le texte principal qui a 15 000 caractères chinois comprend cinq chapitres à savoir, la nouvelle situation, les nouveaux défis et la nouvelle mission ; la construction et le développement des forces armées ; la sauvegarde de la souveraineté, de la sécurité et de l’intégrité territoriale du pays ; la garantie du développement économique et social du pays ; le maintien de la paix mondiale et de la sécurité régionale.»

Le porte-avions chinois Liaoning (Photo: Archives/Ministry of National Defense)

Selon le livre blanc, les unités opérationnelles mobiles de l’APL comprennent 18 corps combinés et plusieurs divisions combinées indépendantes (brigades), et comptent 850 000 militaires.

La marine, pour sa part, compte 235 000 officiers et soldats et se divise en trois flottes, la flotte Beihai, la flotte Donghai et la flotte Nanhai.

Les forces aériennes, quant à elles, comptent 398 000 officiers et soldats et les sept zones de commandement militaire du pays possèdent chacune un commandement aérien.

De plus, toujours selon le livre blanc présenté ce mois-ci par Pékin, les forces aériennes commandent un corps aéroporté.

Ce Second Corps d’artillerie dispose quant à lui de bases de missiles, de bases d’entraînement, d’unités de soutien spécialisées, d’académies et d’instituts de recherche et possède également des missiles balistiques «Dong Feng» et des missiles de croisière «Chang Jian».

Bien que Chen Zhou, directeur du centre de recherche de la politique de défense à l’Académie des Sciences militaires de Chine, cité par la radio chinoise, ait affirmé que la publication de ce livre blanc visait à augmenter la transparence militaire, la plupart des observateurs y voient plutôt un outil de propagande pour expliquer, justifier et appuyer les décisions de Pékin en matière de défense.

Les îles Senkaku sont disputées depuis des années par la Chine et le Japon (Photo: Archives/thongtintaichinh)

Le document cherche aussi sans doute à impressionner et, en même temps, en dévoilant des informations sur le nombre et la structure de l’armée chinoise, permettant ainsi aux autres pays de comparer les objectifs militaires annoncés de la nation avec ses capacités militaires, à démontrer le sérieux de la Chine en matière de défense.

Pékin affirme que «la Chine ne prétendra jamais à l’hégémonie ni ne se comportera de manière hégémonique. Elle ne s’engagera également jamais dans une expansion militaire», et que les forces armées chinoises sont utilisées pour sauvegarder les frontières, la sécurité aérienne côtière et territoriale.

Pour le porte-parole du ministère chinois de la Défense qui présentait ce livre blanc, l’élévation de la Chine au rang de grande puissance militaire et, particulièrement, de grande puissance maritime, est toutefois une stratégie de développement national essentielle.

À lire aussi:

Un chasseur J-15 se pose pour la première fois sur le porte-avions chinois Liaoning (VIDÉO) >>

La Chine annonce un deuxième porte-avions, plus grand que le premier >>

Nouvelles incursions de navires chinois dans les eaux territoriales des îles Senkaku >>

L’armée chinoise prête à remporter des combats pour le nouveau président Xi Jinping >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Discussion4 commentaires