Mali: le Tchad va retirer ses soldats

0
Soldats maliens à Kidal, dans l'extrême nord-est du mali (Photo: EMA)
Soldats maliens à Kidal, dans l’extrême nord-est du mali (Photo: EMA)

Le Parlement tchadien a voté lundi 15 avril à une majorité écrasante le retrait progressif des soldats tchadiens du Mali où 36 soldats du Tchad ont été tués et 74 autres blessés.

Sur le plateau de TV5, la veille, le président tchadien, Idriss Deby, avait déclaré que la «guerre face à face avec les djihadistes [était] terminée».

«L’armée tchadienne n’a pas de compétence réelle pour faire face à une nébuleuse. Les soldats tchadiens vont retourner au Tchad. Ils ont accompli leur mission», avait-il dit.

«Nous avons déjà procédé au retrait du bataillon d’appui lourd qui a déjà quitté [samedi 13 avril]Kidal pour rentrer au pays. Le reste des éléments, progressivement, vont rentrer au pays», a également ajouté le président, sans donner de date précise.


Idriss Déby: un retrait « progressif » des forces tchadiennes au Mali (Vidéo: TV5)

C’est donc par 167 voix pour et une contre, que les députés tchadiens ont adopté, lundi 15, une résolution demandant au gouvernement de «préparer dans un délai raisonnable le retrait des forces armées tchadiennes en intervention au Mali» et de «de prendre toutes les mesures pour garantir la sécurité au Tchad».

Avant le vote, le premier ministre tchadien, Dadnadji Djimrangar, avait fait état du lourd bilan des pertes dans les rangs de l’armée tchadienne au Mali. «Pour cette noble mission, nous avons payé un lourd tribut. À la date d’aujourd’hui, nous déplorons 36 morts et 74 blessés», a-t-il déclaré.

C’est en effet le Tchad qui, dans l’offensive contre les islamistes au Mali, a payé le plus lourd tribut, les soldats tchadiens et français ratissant depuis plusieurs semaines les vallées du massif montagneux de l’Adrar des Ifoghas, pour déloger les islamistes de leurs bases dans cette région jadis considérée comme impénétrable.

Le président tchadien a toutefois ajouté samedi que l’armée tchadienne serait disponible pour participer à une future force des Nations unies au Mali qui devrait atteindre près de 11 000 hommes au Mali. «Si l’ONU en fait la demande, le Tchad mettra à disposition de l’ONU des soldats tchadiens», a précisé le président tchadien.

D’ailleurs, pas plus tard qu’en mars dernier, le ministre tchadien des Affaires étrangères avait lui-même mis en garde la France et ses alliés africains contre tout retrait hâtif du Mali, même si la majeure partie du pays avait été repris aux rebelles islamistes.


Soldats tchadiens en mission de surveillance au Mali (Vidéo: opération Serval)

À lire aussi:

Le président tchadien croît que les otages français du Sahel sont toujours vivants >>

Mali: le nombre de militaires de la MISMA atteint maintenant 6 300 >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.