Op Ignition 2013: les Forces armées canadiennes rentrent d’Islande (PHOTOS)

0

À l’issue de quatre semaines d’opération Ignition, sous l’égide de l’OTAN, les 160 membres des Forces armées canadiennes déployés sur le territoire islandais viennent de terminer leur mission à Keflavik.

Après quelques 112 sorties aériennes réussies dans l’espace aérien islandais, les six CF-18 de la 3e Escadre Bagotville, au Québec, ainsi que l’avion ravitailleur CC150 Polaris de Trenton, en Ontario, ont pu retourner sur le territoire canadien.

Qualifiant cette opération de «succès retentissant», le lieutenant-colonel Darcy Molstad, commandant de la force opérationnelle de l’opération Ignition 2013 et commandant du 425e Escadron Tactique de Chasse, a pu mettre fin à cette mission de soutien en temps de paix des Forces armées canadiennes.

Soulignant «leur travail acharné, leur dévouement et leur professionnalisme», le lieutenant-colonel a assuré, ce lundi, dans un communiqué publié par le ministère de la Défense, que «les membres de cette force opérationnelle ont fait leur travail avec brio».

Dès dimanche, les 122 membres de la 3e Escadre Bagotville sont rentrés au Québec après plusieurs semaines d’intervention dans l’espace aérien islandais. Ils ont été accueilli sur place par le major-général J.J.P. St-Amand, commandant de la 1re Division aérienne du Canada et de la Région canadienne du NORAD, et le lieutenant-colonel François Bradley, commandant par intérim de la 3e Escadre Bagotville.

«Notre engagement envers la sécurité aérienne de l’OTAN»

Si les quelques membres restant en Islande rentreront sur le territoire canadien dans les prochains jours, cette opération Ignition a d’ores et déjà pu prouver l’engagement des Forces armées canadiennes au sein de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN).

«Spécialement, dans ce cas, notre contribution de chasseurs souligne notre engagement envers la sécurité aérienne de l’OTAN», a déclaré le lieutenant-général Stuart Beare, commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada. «Je suis extrêmement reconnaissant à l’Aviation royale canadienne pour leurs efforts, au peuple de l’Islande et au gouvernement de l’Islande pour leur hospitalité et à l’équipe du Commandement des opérations interarmées pour avoir facilité la mission», a-t-il ajouté.

L’opération Ignition est la contribution périodique du Canada à la mission North Atlantic Treaty Organization (NATO) – Airborne Surveillance and Interception Capabilities to Meet Iceland’s Peacetime Preparedness Needs (capacités de surveillance et d’interception aériennes de l’OTAN en Islande afin de combler les besoins du pays en matière de préparation en temps de paix).

La mission englobe la surveillance radar et l’identification d’aéronefs de passage. Des avions de chasse peuvent être utilisés pour aider à l’identification et pour escorter les aéronefs au besoin. En temps de crise ou de conflit, l’Islande mettra en œuvre un plan dans lequel les États-Unis assumeront la responsabilité de la défense de l’île.

Seul pays membre de l’OTAN à ne pas disposer de force militaire permanente, l’Islande a en effet pu obtenir le soutien des alliés de l’organisation Atlantique, déployant de façon périodique des avions de chasse à Keflavik pour assurer la défense aérienne de la région. Un soutien amorcé en mai 2008 auquel le Canada a activement participé. Un premier déploiement dans le cadre de cette même opération Ignition avait déjà été effectué, en avril 2011, au cours duquel les membres et les avions de chasse du 409e Escadron d’appui tactique du 4e Escadre à Cold Lake, en Alberta, avaient été déployés à Keflavik.

À lire aussi:

Six CF-18 canadiens en Islande pour l’opération Ignition 2013 >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l’Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d’une licence en Information­-Communication, Gaëtan s’intéresse aux enjeux internationaux à travers l’analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.