Près de 40 000 réfugiés centrafricains dans les pays voisins, selon le HCR

0
Des réfugiés en provenance de République centrafricaine patientent une distribution de vivres à Mobayi-Mbongo, en RDC (Photo: Mbaiorem HCR/D)
Des réfugiés en provenance de République centrafricaine patientent une distribution de vivres à Mobayi-Mbongo, en RDC (Photo: Mbaiorem HCR/D)

Pendant que la Séléka, qui s’est emparée du pouvoir en Centrafrique le 24 mars dernier, parle de «normalisation de la situation», le Haut Commissariat des Nations-Unies aux réfugiés, le HCR, a fait état ce vendredi 5 avril d’une hausse du nombre de civils contraints à fuir la République centrafricaine. De 32 000 qu’il était il y a moins d’une semaine, le nombre de réfugiés est maintenant passé à près de 40 000 et d’autres continuent à traverser les frontières, selon l’organisation internationale.

«Ces deux dernières semaines, nos bureaux ont fait état de nouveaux arrivants au Tchad, au Cameroun et en République démocratique du Congo (RDC). Depuis que le conflit a éclaté en décembre dernier, on compte au total 37 000 réfugiés centrafricains dans la région », a indiqué le porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d’une conférence de presse à Genève.

Les réfugiés proviennent surtout de Bangui, la capitale, ainsi que des villes de Bangassou, Rifai et Zemio, situées dans le sud-est du pays, une région frontalière de la RDC.

Depuis décembre, plus de 30 800 réfugiés ont trouvé refuge dans le nord de la RDC, 5 600 au Tchad, et 1 024 au Cameroun où s’était d’abord réfugié le président déchu, François Bozizé, avant de demander l’asile au Bénin.

M. Edwards, précise un communiqué du HCR publié aujourd’hui, a expliqué que les besoins de ces réfugiés étaient significatifs. « Beaucoup ont quitté précipitamment leurs maisons et n’ont pu emporter leurs affaires. Les arrivants n’ont pas d’abris ou sont hébergés par des familles locales – qui vivent elles-mêmes dans une extrême pauvreté »,

Parallèlement, souligne le communiqué de l’organisation internationale, la situation demeure instable en République centrafricaine, où 173.000 civils ont été déplacées par les récentes violences et, même avant le coup d’État du 24 mars, on comptait déjà 187.889 réfugiés centrafricains dans les pays voisins.

À lire aussi:

Centrafrique: manifestation de soutien à la Séléka sur fonds de crise humanitaire >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.