Récentes attaques en Somalie: l’attaque visait les défenseurs des droits humains

0
Dimanche 14 avril,  à Mogadiscio, en Somalie, au moins 43 personnes sont mortes quand deux voitures piégées ont explosé (Photo : Tobin Jones / Tobin Jones)
Dimanche 14 avril, à Mogadiscio, en Somalie, au moins 43 personnes sont mortes quand deux voitures piégées ont explosé (Photo : Tobin Jones / Tobin Jones)

Après les attaques meurtrières de dimanche dernier, l’expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Somalie, Shamsul Bari, a exhorté ce mercredi 17 avril le gouvernement somalien et la communauté internationale à redoubler d’efforts en vue de renforcer l’appareil judiciaire, en dépit de ces attaques qui semblaient viser les défenseurs des droits humains dans ce pays.

Dimanche 14 avril, au moins 43 personnes sont mortes quand deux voitures piégées ont explosé, l’une devant le bâtiment du principal tribunal de Mogadiscio, la capitale somalienne, qu’un commando de militants islamistes shebabs a pris d’assaut, l’autre près d’un bâtiment sur la route de l’aéroport.

L’expert onusien a condamné dans les termes les plus vigoureux ces attaques meurtrières contre le tribunal régional de Banadir et près de l’aéroport de Mogadiscio.

«Lors de mes nombreux déplacements à Mogadiscio, j’ai toujours été encouragé par l’engagement des personnels judiciaires et des avocats qui exercent leurs fonctions dans un environnement sécuritaire difficile », a déclaré Shamsul Bari, qui a demandé, en outre, à ce que leur protection soit assurée au nom de l’état de droit et de la lutte contre l’impunité.

Mort de deux défenseurs des droits humains

Mohamed Mahmoud Afrah et Abdikarin Hussein Gorod (Photo : Frontline Defenders)
De nombreuses ONG déployées sur place ont confirmé les morts de Mohamed Mohamud Afrah, le chef de l’Association des avocats somaliens, et d’Abdikarin Hassan Gorod, qui travaillait avec le Centre de développement pour les femmes somaliennes.

«Mohamed Mahmoud Afrah et Abdikarin Hussein Gorod ont récemment défendu M.Abdiasis Abdinur Ibrahim, aussi connu sous le nom de Koronto, un journaliste emprisonné pour avoir interviewé une femme déplacée qui affirme avoir été violée par des agents des forces de sécurité à Mogadiscio.», rapporte la Fondation internationale pour la protection des défenseurs des droits humains , «Frontline Defenders», qui déplore  déplore aussi «qu’en Somalie, les défenseur des droits humains continuent de perdre la vie en menant à bien leurs activités légitimes et pacifiques en faveur des droits humains.»
Mohamed Mahmoud Afrah et Abdikarin Hussein Gorod travaillaient aussi pour le programme d’aide juridique financé par le Programme de l’ONU pour le développement à Mogadiscio, et avaient déjà aidé des personnes déplacées et d’autres individus vulnérables.

Le journaliste Abdiasis Abdinur Ibrahim (Photo : Frontline Defenders)
Abdiasis Abdinur Ibrahim, journaliste radio, avait été arrêté et condamné à un an de prison le 5 février 2013, après avoir tenté d’enquêter sur l’affaire d’une femme violée par les forces de sécurité de l’État, puis, le 3 mars 2013, sa peine avait été confirmée par une cour d’appel et la peine de prison avait été réduite à six mois.

La condamnation du journaliste avait provoqué de vives protestations au niveau international et des observateurs avaient rapporté de graves vices de procédures lors du procès du défenseur et, le 17 mars, la Cour Suprême avait ordonné la libération du journaliste, et infirmé les précédentes décisions par manque de preuves.

Finalement, dimanche 14 avril, les islamistes shebabs prenaient d’assaut le bâtiment abritant le tribunal dans une attaque qui, selon l’ONG, semblait viser notamment les défenseurs des droits humains.

Cette attaque est d’ailleurs la plus grosse attaque menée par les extrémistes shebabs depuis qu’ils ont été chassés hors de Mogadiscio par l’Union africaine et les forces somaliennes en 2011.

Un jeune Canadien à la tête du commando shebab

Autre fait troublant, après l’attaque de janvier dernier à In Amenas, en Algérie, à laquelle avaient participé un groupe de jeunes islamistes canadiens, c’est encore un jeune Canadien qui aurait conduit l’attaque menée dimanche par le commando de shebabs à Mogadiscio, au sein duquel il y avait aussi un deuxième Canadien, et qui semblait manifestement viser les défenseurs des droits humains dans ce pays.

Tous ces événements surviennent en outre dans un contexte où le départ de jeuines volontaires provenant de pays occidentaux (France, Pays-Bas, Belgique, Canada, notamment) pour combattre aux côtés des islamistes, participer à des activités terroristes et lutter contre les valeurs occidentales semble devenir monnaie courante.

Pas plus tard que mardi 16 avril, la Belgique lançait d’ailleurs un coup de filet contre les filières de recrutement de combattants pour la Syrie: 48 domiciles ont été perquisitionnés dans le cadre d’une vaste opération liée au mouvement radical Sharia4Belgium dans les régions d’Anvers et de Bruxelles.

À lire aussi:

Au moins 43 morts dans deux attaques à Mogadiscio, en Somalie >>

Le chef du commando qui a fait une quarantaine de morts en Somalie: encore un Canadien >>

Filières de recrutement de jeunes combattants islamistes: coup de filet en Belgique >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.