Remplacement des CF-18: Ottawa demande l’avis de l’industrie sur le questionnaire sur les coûts

5
Les cinq concurrents pour le remplacement des CF-18 canadiens, Boeing, Lockheed martin, EADS, Dassault et Saab (Crédit: montage, Nicolas laffont, 45eNord.ca)
Les cinq concurrents pour le remplacement des CF-18 canadiens, Boeing, Lockheed martin, EADS, Dassault et Saab (Crédit: montage, Nicolas laffont, 45eNord.ca)Une nouvelle étape vient d’être franchie dans le processus d’évaluation des options pour remplacer les chasseurs CF-18.

Une nouvelle étape vient d’être franchie dans le processus d’évaluation des options pour remplacer les chasseurs CF-18. Le Secrétariat national d’approvisionnement en chasseurs fait maintenant appel à l’industrie en lui distribuant l’ébauche du questionnaire qui a pour but de recueillir des renseignements sur les coûts des chasseurs disponibles.

Une lettre, en date du 15 avril, signée par Tom Ring, Sous-ministre adjoint à la Direction générale des approvisionnements, a été envoyée à l’industrie par Travaux publics services gouvernementaux Canada (TPSGC) pour demander aux entreprises visées de faire parvenir leurs commentaires et suggestions sur le questionnaire au Secrétariat national d’approvisionnement d’ici le 29 avril 2013.

Cinq entreprises sont en mesure de fournir des chasseurs pour remplacer la flotte vieillissante de CF-18 : Boeing, Dassault Aviation, EADS Eurofighter, Locheed Martin et le groupe Saab.

Le Secrétariat passera donc en revue les  commentaires des cinq entreprises qui peuvent fournir des chasseurs sur la forme et le contenu de l’ébauche du deuxième questionnaire, et modifiera le document au besoin.

Une fois les commentaires des entreprises examinés et intégrés au questionnaire, la version définitive sera alors envoyée aux entreprises qui devront cette fois-ci remplir le document.

Cette méthode avait déjà été utilisée auparavant pour le premier questionnaire sur les capacités techniques  des chasseurs disponibles.
Une fois cette deuxième étape franchie et les commentaires et suggestions de l’industrie intégrés au questionnaire sur les coûts, un troisième questionnaire suivra le même chemin. Ce troisième questionnaire portera, lui, sur les retombées industrielles sera remis plus tard dans le processus.

L’importance des questionnaires

La conception et l’élaboration sont des étapes en amont du processus d’évaluation des options et ont un impact déterminant sur la suite du travail.
C’est pourquoi l’élaboration du questionnaire a été faite sous la surveillance et les conseils d’un panel d’examinateurs indépendants au Secrétariat national d’approvisionnement en chasseurs (SNAC).

Ce panel d’examinateurs indépendants de l’extérieur du gouvernement qui oriente ainsi le travail formé des membres suivants: M. Keith Coulter, qui a eu une longue carrière dans les Forces canadiennes et fut lui-même pilote de chasse, M. Philippe Lagassé, un expert reconnu en matière de défense et de sécurité, M. James Mitchell, l’un des partenaires fondateurs du Cercle Sussex, une firme de consultation située à Ottawa, et M. Rod Monette., ancien Contrôleur général du Canada et un Fellow comptable agréé (FCA)

NOTRE DOSSIER SUR LE SECRÉTARIAT D’APPROVISIONNEMENT DES CHASSEURS >>

Le Plan à sept volets

L’évaluation des options pour le remplacement de la flotte de CF-18 du Canada fait partie du fameux Plan à sept volets du gouvernement Harper, qui avait été lancé en réponse aux critiques au printemps 2012 du vérificateur général, Michaël Ferguson sur le processus d’achat du F-35 et aux accusations portées contre le gouvernement conservateur d’avoir caché les coûts du F-35 aux élus et à la population.

Le gouvernement Harper avait alors lancé ce Plan en sept volets et assuré qu’il ne prendrait aucune décision sur le remplacement des CF-18 avant d’avoir terminé toutes les étapes prévues à ce plan.

Les sept mesures du Plan étaient les suivantes:

  • L’enveloppe de financement allouée pour l’acquisition des F-35 était gelée.
  • Le gouvernement du Canada établissait immédiatement un nouveau Secrétariat du F-35 au sein du ministère des Travaux publics et Services gouvernementaux Canada pour évaluer les options
  • Il était prévu que le Secrétariat du F‑35, qui fut plus tard rebaptisé Secrétariat national d’approvisionnement en chasseurs (SNAC), donne des mises à jour annuelles au Parlement et que le ministère de la Défense nationale donne aussi, par l’entremise du Secrétariat et au besoin, des briefings techniques sur l’échéancier des performances et les coûts.
  • Le ministère de la Défense nationale devait continuer d’évaluer les options permettant de maintenir en puissance la capacité des Forces canadiennes en matière d’avions de chasse, loin dans le XXIe siècle.
  • Avant l’approbation du projet, il était prévu au Plan que le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada commandera en premier un examen indépendant des hypothèses du projet du MDN pour l’acquisition et le maintien ainsi que des coûts potentiels du F-35, et que l’examen sera rendu public.
  • Le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada examinera également les coûts d’acquisition et de maintien du F-35, et il veillera à ce qu’il y ait un respect intégral des politiques d’approvisionnement, et ce avant l’approbation du projet.
  • Industrie Canada, par le biais du Secrétariat du F-35, continuera de chercher à maximiser les retombées de la participation canadienne au programme du F-35, retombées qui avaient été aussi l’objet de critiques.

En un mot comme en mille, le gouvernement Harper avait alors enlevé au ministère de la Défense le leadership sur la question du remplacement du CF-18 pour le remettre à TPSGC, au Conseil du Trésor et au Secrétariat national d’approvisionnement.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Discussion5 commentaires

  1. Dire que ce gouvernement conservateur font toujours les choses d'une drôle de façon, le plan a sept volet pour acquérir un nouvel appareil encore de la poudre aux yeux pour nous endormir. Après toutes ces étapes ils vont faires un plan a quatorze volet pour nous endormir pour finalement nous faire achetés a même nos impôts le f35 aux lieu d'un avion plus pratiques qui a fait ses preuves a un prix que nous canadiens pourront payés et serons fiers de dires nous avons faits le bon choix.

  2. Le processus demande encore beaucoup de temps et les CF-18 vieillissent toujours et le gouvernement va bientôt manquer de temps. Le mieux serait de faire l'acquisition d'un chasseur a prix économique en attendant ce fameux F-35. Par exemple utiliser 80 SAAB JAS-39 et acheter plus tard 30 F-35 au lieux de 65 appareils. J'espère que le gouvernement prendra une sage décision.

  3. le processus demande beaucoup de temps je n'y crois pas je travaille en lien avec les achats d'une compagnie x en lien avec des projets de gouvernements, je ne sais pas si vous vous souvenez c'est ce gouvernements qui a choisi l'appareil en question le F35 sans analyse d'achats ils ont décidés que c'est l'avion du Canada sans demander aux autre fabriquant d'avions leur devis. Dans le passé cela a été la même chose pour le choix du F16 ou le f18 dans le passé le f16 est a été toujours un très bon avion de la General dynamics mais ils ont pris le F18 a cause de la sécurité de deux moteurs aux lieu de un et a cause des grandes distances a parcourir, mais voyez vous le f 35 il a un seul moteur et un rayon d'action moindre par rapport aux F18 et incluant le F16 et aussi moins rapide il a des raisons que le Canada veule cette avion c'est la relation de Lockheed Martin a avec ce gouvernement ils sont impliqués aux niveau de la marine canadienne, aérienne. ect. malheureusement je ne peut que dires que la politique américaine elle est contraignante surtout envers ses amis du Canada. Je ne suis pas pro américain et non plus pro Europe, J'aimerais investir mon argent comme le votre dans des entreprises que cela rapporte et je penses qu'il serait plus bénéfique pour le Canada d'achetés en Europe que aux États-Unis la ou les retombés pour le Canada seront de beaucoup plus élevés et de bénéficier de retombés réel économique et du transfert de technologie pour les provinces canadiennes que de retombés illusoire des États-Unis. Je vous remercies de votre interet dans ce sujet et continuer d'échanger vos commentaires merci Jean

  4. Choisir le successeur du CF-18 n'est pas l'affaire d'une bande de politiciens ignorants ni celle de militaires incapables de dire les vraies choses. Les besoins pour les prochaines années sont similaires au moment du choix du F-18 (1982). Le Canada a besoin d'un chasseur d'abord capable d'assurer la souveraineté du pays et ensuite, de participer aux opérations de l'OTAN. Il faut donc un chasseur polyvalent et bi-moteur. Il faut aussi choisir, autant que possible, le meilleur avion disponible. A mon avis, il y a 3 possibilités. La première serait de se procurer la version améliorée du F-18, le Super Hornet (un avion qui sera dépassé rapidement) et qui a été rejeté par l'Inde récemment. La seconde, serait de se tourner vers une version améliorée du Rafale français (avion qui a déjà démontré qu'il était l'un des meilleurs). Enfin, la dernière option serait de développer notre propre chasseur de 6e génération et sans pilote (mais le temps presse !! ). En conclusion, j'aimerais voir notre "bon" gouvernement choisir logiquement l'avion de Dassault qui coûte aussi bien moins cher qu'un F-35 monomoteur.