Retour de Musharraf au Pakistan: pas de tout repos!

0
L'ancien président du Pakistan en 2005 (Photo: Archives/DoD)
L’ancien président du Pakistan en 2005 (Photo: Archives/DoD)

Non content de devoir annuler certains de ses meetings publics, l’ancien président pakistanais Pervez Musharraf vient de se voir interdire de se présenter à des élections dans la ville de Kasur, dans la province de Pendjab (est).

La Commission des élections a interdit Musharraf en raison de procédures judiciaires contre lui, ont indiqué des responsables de la commission lors d’une conférence de presse. Il pourrait également faire face à une disqualification dans les trois autres circonscriptions où il envisage de se lancer, à savoir Karachi, Islamabad et Chitral.

«Musharraf a été disqualifié en vertu des articles 62 et 63 de la Constitution, entre autres raisons», a déclaré un fonctionnaire de commission électorale, se référant à des clauses qui exigent notamment qu’un candidat soit «de bonne moralité».

Son parti, l’APML (All Pakistan Muslim League), a indiqué qu’il allait contester cette décision qui n’annihile toutefois pas pour l’instant toutes les chances de Musharraf d’être élu député.

La semaine dernière, un avocat a lancé une chaussure en direction de l’ancien président qui apparaissait à une audience à Karachi pour prolonger le gel de mandats d’arrêt pour son implication présumée dans les meurtres du chef indépendantiste de la province du Baloutchistan, Akbar Bugti en 2006 et de Benazir Bhutto en 2007, et le renvoi illégal de juges la même année. La scène a été diffusée en boucle sur les chaînes pakistanaises.


Une chaussure lancée contre l’ancien président Pervez Musharraf (Vidéo: CNN)

Vendredi, la Cour suprême a annoncé qu’elle allait étudier une nouvelle plainte déposée par un avocat visant à traduire en justice Musharraf pour avoir «trahi» la constitution du pays en imposant l’état d’urgence à son arrivée au pouvoir.

Après la défaite de son parti aux élections législatives de 2008, Pervez Musharraf démissionne alors que la coalition au Parlement entendait entamer une procédure de destitution contre lui.

Il s’exile alors à Dubaï puis Londres en 2009, et lance le 1er octobre 2010 un nouveau parti politique, la Ligue musulmane de tout le Pakistan. Évoquant plusieurs fois son retour pour participer aux futures élections, il rentre finalement le 24 mars 2013 malgré des risques d’arrestation du fait qu’il est accusé par la justice d’avoir négligé la sécurité de Benazir Bhutto lorsqu’il était au pouvoir.

À lire aussi:

L’ancien chef militaire et président pakistanais Musharraf met fin à son exil >>

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.