Soudan: les rebelles du Kordofan-Sud s’emparent d’une base de l’armée soudanaise

0
L'action des mouvements rebelles locaux ont longtemps alimenté l’animosité entre le Soudan et le Soudan du Sud, Khartoum accusant Juba de soutenir les rebelles du Kordofan Sud et du Nil Bleu (Photo Archives/ Gc Soudan)
L’action des mouvements rebelles locaux ont longtemps alimenté l’animosité entre le Soudan et le Soudan du Sud, Khartoum accusant Juba de soutenir les rebelles du Kordofan Sud et du Nil Bleu (Photo Archives/ Gc Soudan)

Les rebelles du Kordofan-Sud, une province du sud du Soudan, ont affirmé ce mardi 16 avril s’être emparés d’une base de l’armée soudanaise utilisée, selon eux, pour lancer des attaques contre leurs positions, rapporte l’AFP.

Les rebelles de la branche Nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N) ont en effet déclaré avoir «pris le contrôle», lundi, de la garnison de Dandor, à 18 km à l’est de Kadougli, rapporte l’agence française.

Outre la question pétrolière et le tracé des frontières, l’action des mouvements rebelles locaux ont longtemps alimenté l’animosité entre le Soudan et le Soudan du Sud, Khartoum accusant Juba de soutenir les rebelles du Kordofan Sud et du Nil Bleu (deux États soudanais) et d’apporter son aide aux rebelles du Darfour, alors que, Juba, à son tour, accuse Khartoum d’attiser les violences interethniques dans l’État de Jonglei.

Néanmoins, le 12 avril dernier, à l’occasion d’une visite symbolique à Juba, la capitale sud-soudanaise, le président du Soudan, Omar El-Béchir, avait affirmé, ce vendredi, sa volonté de poursuivre le dialogue entre les parties et, pour sa part, le président sud-soudanais, Salva Kiir avait affirmé que son pays serait prêt «à proposer une initiative pour convaincre le secteur nord de l’Armée de libération populaire du Soudan de venir à la table des négociations avec le gouvernement soudanais».

Dimanche dernier, le négociateur du gouvernement soudanais, Ibrahim Ghandour, avait réitéré que le gouvernement soudanais était disposé à négocier au SPLM-N, précisant même qu’il avait pris contact avec les médiateurs de l’Union africaine.

La prise de contrôle par les rebelles du SPLM-N de la base de l’armée soudanaise survient donc au moment où les autorités soudanaises s’étaient dites toujours prêtes à des négociations avec les rebelles, malgré un bombardement meurtrier la semaine dernière par les insurgés contre Kadougli, le chef-lieu du Kordofan-Sud, zone frontalière avec le Soudan du Sud.

Mais Khartoum et le SPLM-N s’affrontent depuis près de deux ans au Kordofan-Sud, ainsi que dans la province du Nil-Bleu, également frontalière du Soudan du Sud.

Le SPLM-N dit lutter contre le régime musulman et arabe du président Omar el-Béchir afin de mettre en place un régime «plus respectueux des diversités ethniques du Soudan et des droits de l’Homme.».

À lire aussi :

Les deux Soudan «ne retourneront pas en guerre» >>

Ban Ki-moon se déclare satisfait des efforts des dirigeants soudanais et sud-soudanais >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.