Srebrenica: le président serbe Nikolic s’excuse «à genoux» pour le massacre

0
Le président serbe Tomislav Nikolic, le 16 janvier 2012 à Belgrade (Photo: Archives/Alexa Stankovic/AFP)
Le président serbe Tomislav Nikolic, le 16 janvier 2012 à Belgrade (Photo: Archives/Alexa Stankovic/AFP)

Le président serbe Tomislav Nikolic s’est excusé «à genoux» pour le massacre de Srebrenica (Bosnie) commis par les forces serbes en juillet 1995, qualifié de génocide par la justice internationale, selon des extraits d’une interview qui sera diffusée le 7 mai par la télévision d’État bosnienne (BHT).

«Je m’agenouille et demande que la Serbie soit pardonnée pour le crime commis à Srebrenica», a déclaré M. Nikolic.

Les extraits de l’interview ont été diffusés sur YouTube jeudi et les propos de M. Nikolic ont été confirmés à l’AFP par une source de la présidence serbe.

M. Nikolic, un nationaliste populiste qui a adopté récemment un discours beaucoup plus pro-européen, avait provoqué en juin dernier une vive émotion en Bosnie et dans les pays Occidentaux en déclarant dans une interview, au lendemain de son investiture, qu’«il n’y a pas eu de génocide à Srebrenica».

Selon les extraits de cet interview, M. Nikolic est sur le point de prononcer le mot «génocide» lorsqu’il présente ses excuses avant de s’interrompre et de modifier ses propos pour prononcer le mot «crime».

En juillet 1995, vers la fin du conflit inter-communautaire de Bosnie (1992-95), les forces serbes de Bosnie ont massacré environ 8 000 musulmans à Srebrenica, le pire massacre commis en Europe depuis la Seconde guerre mondiale.

Le membre musulman de la présidence collégiale de la Bosnie Bakir Izetbegovic a demandé mardi, lors d’une visite officielle à Belgrade, à son homologue serbe de «respecter les décisions» de la justice internationale qualifiant ce massacre de génocide.

«Je m’excuse pour les crimes qui ont été commis au nom de notre État et notre peuple par un quelconque individu issu de notre peuple», a également dit M. Nikolic.

Son prédécesseur, Boris Tadic, tout en évitant lui aussi d’employer le terme génocide, s’était excusé auprès des familles des victimes de Srebrenica lorsqu’il s’y est rendu en 2005 pour la commémoration du massacre. Il a également participé à la cérémonie en 2010.

Fin mars 2010, le Parlement serbe avait adopté une résolution condamnant le massacre de Srebrenica.

Il s’agissait de la première condamnation officielle du Parlement serbe, près de 15 ans après le massacre.

Pendant des années, la Serbie a minimisé l’ampleur de cette tragédie.

Les commentaires sont fermés.