Un militaire québécois arrêté pour trafic d’armes

0
La Justice militaire (Photo: Openphoto)
La Justice militaire (Photo: Openphoto)

David Thériault, un militaire de Lyster, au Québec, a été arrêté et accusé de fabrication et de contrebande d’armes illégales au terme d’une enquête menée à la demande du Bureau of Alcohol, Tobacco, Firearms and Explosives (ATF) des États-Unis.par divers services policiers en Ontario, au Québec et aux États-Unis sur des transactions et des envois de pièces d’armes prohibées, rapporte la Presse Canadienne.

La police a ainsi démantelé un vaste réseau de trafic d’armes à feu qui opérait sur internet à partir de la base militaire de Borden, en Ontario.

Selon la Police provinciale de l’Ontario, plus de 200 armes à feu et accessoires servant à améliorer la performance d’un fusil, dont des silencieux, des commutateurs et des milliers de munitions, ont été saisis dans le cadre du démantèlement de ce réseau qui avait des ramifications sur cinq continents.

Le militaire québécois, appartenant à l’Aviation royale canadienne, fera face à plus de 30 chefs d’accusation, notamment importation et exportation de pièces d’armes à feu et d’armes à feu, possession non autorisée d’une arme et de trafic d’armes, de dispositifs et de munitions
Il est également accusé aux États-Unis pour importation illégale de mitrailleuses.

Thériault demeurera détenu en Ontario. Sa comparution devant le tribunal de Barrie est prévue pour le jeudi 2 mai.

David Thériault étudiait pour devenir technicien dans le cadre du programme d’officier du génie aérospatial des Forces canadiennes et habitait la base de Borden depuis 2007.

Le Québécois, qui habitait la BFC Borden depuis 2007,  demeurera détenu en Ontario en attendant sa comparution devant le tribunal de Barrie, le 2 mai.

«Cette enquête constitue un autre signal clair et fort du fait que la contrebande d’armes à feu ne sera pas tolérée, pas plus que la fabrication et la distribution de pièces servant à en améliorer la performance, ou que les activités criminelles dangereuses qui y sont naturellement associées.», a déclaré le commissaire de la Polive pronvinciale d’Ontario, Chris Lewis.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.