Un nouvel attentat fait au moins 14 morts au cœur de Damas

0
Un nouvel attentat a touché le quartier de Marjé, au coeur de Damas, faisant au moins 13 victimes et 70 blessés (Photo: SANA)
Un nouvel attentat a touché le quartier de Marjé, au coeur de Damas, faisant au moins 13 victimes et 70 blessés (Photo: SANA)

Au lendemain de l’attentat ayant visé le Premier ministre syrien, Waël al-Halaqi, une nouvelle explosion d’une voiture piégée a coûté la vie à au moins 14 personnes, dans le quartier commercial de Marjé, au centre de la capitale.

Citant une source à l’hôpital de Damas, l’agence officielle SANA rapporte que les corps de 14 victimes ont été transportés à l’hôpital et que 56 blessés ont été hospitalisés, dont des enfants et des femmes.

Dans des propos rapportés par la télévision officielle, le ministère de l’Intérieur a déclaré, pour sa part, que «le lâche attentat terroriste, qui a visé le centre commercial et historique de Damas, a fait selon un bilan provisoire 13 martyrs et plus de 70 blessés, dont certains dans un état critique».

De son côté, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme fait état de 14 victimes, à savoir neuf civils et cinq soldats de l’armée régulière. S’appuyant sur un vaste réseau de militants et de sources médicales, l’ONG a ajouté que «le nombre [de victimes, ndlr]est susceptible d’augmenter en raison de plus de 65 blessés, dont certains sont dans un état critique».

L’explosion a eu lieu dans la matinée près de l’ancien siège du ministère de l’Intérieur, à une heure de grande affluence dans ce quartier commercial de la capitale syrienne. Sur les images diffusées par la télévision d’État syrienne, un centre commercial a été dévasté et les vitres du ministère de l’Intérieur soufflées.

Dans une déclaration à la presse, le ministre syrien de l’intérieur, le général Mohammad Ibrahim al-Chaar, a affirmé que cet attentat est une réaction sur les victoires réalisées par les forces armées sur le terrain contre les terroristes. Il a également ajouté que le terrorisme, terme utilisé par le régime pour qualifier la rébellion syrienne, vise à tuer les civils et à saboter les infrastructures, les bénéficiaires de ces attentats n’étant autre que «les maîtres des groupes terroristes armés, notamment l’Occident et Israël».


Au moins neuf morts dans un attentat à la voiture piégée à Damas – 30 avril 2013 (Vidéo: Euronews)

Damas demande à l’ONU de condamner les actes terroristes

«Le ministère des affaires étrangères et des émigrés adresse deux messages identiques à l’ONU à la suite des deux explosions produites à Mazzeh et à al-Marjeh, l’incitant à prendre une position ferme à l’égard du terrorisme», a ajouté l’agence officielle SANA.

Ce lundi, le Premier ministre Waël al-Halaqi a échappé à un attentat en plein cœur de Damas, le premier du genre contre un dirigeant syrien depuis l’assassinat de quatre responsables de la Sécurité l’été dernier. La télévision officielle Al-Ikhbariya a ainsi annoncé que le chef du gouvernement était sorti «indemne» de l’attentat «terroriste» qui a visé son convoi dans le quartier ultra-sécurisé de Mazzé. Cinq civils et un membre du cortège ont péri dans cette attaque.

Par ailleurs, l’aviation syrienne a effectué plusieurs raids au cœur de la province de Damas, notamment sur le quartier de Jobar, dans le nord-est de la capitale. L’OSDH a également rapporté, ce mardi, qu’une explosion a été entendue dans le quartier de Midan, dans le sud-ouest de Damas. «Il aurait été le résultat d’un obus de mortier tombé sur le quartier de Qurshi», a précisé l’ONG.

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.