Afghanistan: visite surprise d’Angela Merkel en «soutien» aux troupes allemandes

0
La chancelière allemande Angela Merkel accompagnée du ministre de la Défense Thomas de Maizière, le 10 mai 2013 sur la base militaire de Kunduz (Photo: Pool/Kay Nietfeld/AFP)
La chancelière allemande Angela Merkel accompagnée du ministre de la Défense Thomas de Maizière, le 10 mai 2013 sur la base militaire de Kunduz (Photo: Pool/Kay Nietfeld/AFP)

La chancelière allemande Angela Merkel et son ministre de la Défense, Thomas de Maizière, se sont rendus, ce vendredi, en Afghanistan pour rendre visite aux soldats allemands déployés dans le cadre de la mission de l’OTAN. L’occasion pour Mme Merkel d’apporter «son soutien à [ses]troupes» à quelques mois de la fin de la mission internationale.

Arrivée au quartier général de l’armée allemande de Mazar-e Sharif, la chancelière s’est rapidement rendue du côté de la base militaire de Kunduz, dans le nord du pays. Sur place, elle a tenu à saluer le travail des soldats allemands au cœur de la Force internationale d’assistance et de sécurité (ISAF) de l’OTAN.

«Mme Merkel retournera à Mazar-e Sharif dans l’après-midi. Elle est ici pour marquer son soutien à nos troupes, assister à des réunions, et répondre aux préoccupations après la mort récente d’un de nos soldats», a confié à l’AFP un porte-parole de l’armée allemande en Afghanistan.

Si, par mesure de sécurité, la tenue et le programme de cette visite n’ont pas été annoncés, le déplacement de la chancelière allemande intervient dans une période charnière pour l’armée allemande.

Ce samedi, un soldat appartenant aux forces spéciales de l’armée allemande a été tué dans une «attaque des insurgés» dans la province de Baghlan. Il s’agit du premier décès d’un soldat allemand de l’ISAF depuis près de deux ans. Un autre militaire allemand a été blessé mais ses jours ne sont pas en danger.

Selon le rapport de la Bundeswehr, les forces spéciales de l’armée allemande accompagnaient alors une opération militaire de l’armée régulière afghane dans cette province, quand les insurgés ont ouvert le feu sur les soldats. Une attaque rapidement dénoncée par la chancelière allemande. Angela Merkel avait alors condamné «avec véhémence» tout «acte terroriste qui empêcherait une évolution positive en Afghanistan».

Berlin veut maintenir 600 à 800 soldats entre 2015 et 2017

La chancelière allemande Angela Merkel le 10 mai 2013 sur la base militaire de Kunduz (Photo: Ole Kruenkelfeld/Gouvernement allemand)
La chancelière allemande Angela Merkel le 10 mai 2013 sur la base militaire de Kunduz (Photo: Ole Kruenkelfeld/Gouvernement allemand)

Ce vendredi, à Kunduz, Mme Merkel a tenu à rappeler l’importance du «processus politique» dans le pays. Il en va de la réussite de l’opération des forces internationales actuellement sur place. Si ce processus progresse «parfois de façon laborieuse, parfois un peu plus lentement que nous le souhaiterions» selon la chancelière, «cela est essentiel si nous voulons que notre engagement militaire […] soit vraiment un succès», a-t-elle ajouté.

En 2014, l’élection présidentielle devra décider du successeur à l’actuel chef d’État, Hamid Karzaï, qui ne peut briguer un troisième mandat. D’autre part, l’OTAN doit retirer ses 100 000 soldats d’Afghanistan d’ici au 31 décembre 2014. Mais dans un discours à l’Université de Kaboul retransmis en direct à la télévision, ce jeudi, le président afghan a assuré que Washington souhaitait conserver neuf bases sur le sol afghan. «Nous allons leur donner», car «cela est dans l’intérêt» du pays, a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que des «négociations très sérieuses et délicates» étaient en cours avec le gouvernement des États-Unis à ce sujet.

Il a également souligné que d’autres pays de l’OTAN envisageaient de maintenir une présence militaire au-delà de cette date. Une volonté réitérée par Angela Merkel, ce vendredi. La chancelière allemande a ainsi rappelé son souhait de garder des soldats allemands en Afghanistan au terme de la mission de l’ISAF. Le 18 avril, Berlin avait déjà annoncé son intention de maintenir entre 600 et 800 soldats à disposition d’une mission de formation, conseil et soutien, pour une période allant de 2015 à 2017.

Pour l’heure, l’armée allemande représente le troisième contingent de l’ISAF après celle des États-Unis et de la Grande-Bretagne. Malgré une baisse des effectifs, 4200 soldats allemands sont encore dépêchés sur le sol afghan. Mais la perspective d’un maintien de soldats étrangers sur le sol afghan pourrait déclencher l’ire des talibans. Alors qu’ils ont lancé leur «offensive du printemps» à la fin avril, ces derniers ne cessent d’affirmer que le retrait total des bases et des forces internationales était l’une des conditions pour toute négociation de paix.

À lire aussi:

Le général de l’US Air Force Philip Breedlove prend le Commandement des Forces de l’OTAN >>

Le président afghan prêt à ce que les États-unis conservent neuf bases après 2014 >>

Cinq soldats américains tués dans l’explosion d’un engin explosif improvisé en Afghanistan >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.