Aucun dégel des relations Corée du Nord-Japon sans résolution du problème des enlèvements

0
Isao lijima, le conseiller du premier ministre japonais Shinzo Abe  atterrit à Pyongyang (capture d'écran/KCNA)
Isao lijima, le conseiller du premier ministre japonais Shinzo Abe atterrit à Pyongyang (capture d’écran/KCNA)

Le Japon ne prendra aucune mesure jusqu’à ce que la question de l’enlèvement de ses ressortissants soit résolue, a déclaré l’envoyé du premier ministre japonais en Corée du Nord, Isao Lijima, ce samedi 18 mai.

La visite du conseiller spécial du premier ministre japonais Shinzo Abe en Corée du Nord avait causé une surprise mardi dernier, le Japon n’en ayant pas informé au préalable ses partenaires.

«La visite de la délégation japonaise en Corée du Nord est un acte inattendu qui ne s’aligne pas avec l’attitude de la communauté internationale pour résoudre la question du nucléaire Nord-Coréen», avait alors indiqué une source gouvernementale sud-coréenne.

Le lendemain de l’arrivée de son conseiller à Pyongyang, le premier ministre japonais, s’était déclaré mercredi favorable à un sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, si cela pouvait de résoudre le problème des Japonais enlevés par la Corée du Nord dans les années 1970 et 1980.

La Corée du Nord, avec qui le Japon n’a pas de relations diplomatiques, avait enlevé dans les années 1970 et 1980 13 Japonais dans le but de s’en servir comme professeurs de langue et de culture nippone pour ses espions.

Le conseiller spécial a dit aux responsables nord-coréens lors de son récent voyage à Pyongyang que le Japon ne bougera pas d’un pouce jusqu’à ce que la question des enlèvements impliquant des ressortissants japonais soit résolue, rapporte maintenant l’agence japonaise Kyodo, s’appuyant sur une source du gouvernement japonais a déclaré samedi.

Lors de ses entretiens avec des responsables nord-coréens, Isao Iijima a exigé que Pyongyang retourne tous les ressortissants japonais enlevés par la Corée du Nord, remette les ravisseurs aux autorités japonaises et fournisse un compte rendu complet des enlèvements, a dit la source.

«Le gouvernement japonais ne prendra aucune mesure à moins que ces questions soient résolues», le conseiller a été cité en tant que dire la Corée du Nord lors d’une visite de quatre jours qui vient de s’achever.

À lire aussi:

La Corée du Sud apprend une visite japonaise en Corée du Nord … dans les journaux! >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.