Boycott canadien de la Conférence sur le désarmement pendant la présidence de l’Iran

2
Le Palais des Nations, à Genève, en Suisse (Photo: WikiCreativeCommon)
Le Palais des Nations, à Genève, en Suisse (Photo: WikiCreativeCommon)

À l’instar des Américains, le Canada, déplorant «un grave dysfonctionnement au sein des Nations Unies», boycottera les travaux de la Conférence du désarmement de l’ONU tant et aussi longtemps qu’ils seront présidés par l’Iran, rapporte l’AFP.

L’Iran doit en effet assumer la présidence tournante de la Conférence, qui se tiendra au Palais des Nations, à Genève, du 27 mai au 23 juin.

Un autre pays prendra ensuite le relais à la présidence de cette Conférence le 23 juin.

«Cela tourne en dérision les questions touchant le désarmement ainsi que le désir sincère du monde entier de faire des progrès», a affirmé le porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères, Rick Roth, dans un communiqué, avant d’ajouter qu’«en Irak, en Syrie, au Liban et ailleurs, le régime (iranien) oeuvre directement contre les objectifs mondiaux en matière de désarmement, et il porte atteinte aux principes fondamentaux [de la conférence].»

Les Américains boycotteront aussi la Conférence

Erin Pelton, la porte-parole de la mission américaine à l’ONU, avait déjà annoncé lundi la décision des États-Unis de boycotter les travaux de la Conférence tant et aussi longtemps qu’il seraient présidés par l’Iran.

Cette présidence d’un pays, l’Iran, qui «contrevient de manière flagrante à ses obligations envers l’ONU et l’Agence internationale de l’énergie atomique est tout à fait inconvenante», avait déclaré la porte-parole de la mission américaine à l’ONU, notant toutefois que la présidence de la Conférence était «largement protocolaire et n’impliquait pas de responsabilité importante».

L’Iran est accusé d’armer le régime Assad, en Syrie, engagée dans une guerre civile qui a fait, aux dernières estimations, plus de 94 000 morts, et de fournir aussi en arme le Hezbollah libanais, ennemi juré d’Israël, et le Hamas, une organisation terroriste au pouvoir dans la bande de Gaza.

En outre, soupçonné de chercher à se doter de l’arme nucléaire, Téhéran est sous le coup de sanctions internationales.

Le fonctionnement de la Conférence

La Conférence du désarmement a été constituée en 1979 en tant qu’instance multilatérale unique de la communauté internationale pour les négociations dans le domaine du désarmement.

Elle tient ses réunions sous le format de sessions annuelles, divisées en trois parties, respectivement de 10, 7 et 7 semaines. La première partie commence dans l’avant-dernière semaine du mois de janvier.

Soixante-cinq États, dont l’Iran, participent à la Conférence sur le désarmement.

Elle est présidée par ses membres sur base d’un tour de rôle rotatif. Chaque Président préside pendant une période de quatre semaines et, du 27 mai au 23 juin, c’est l’Iran qui présidera les travaux.

Les travaux que le Canada et les États-Unis boycotteront ainsi, ne pouvant se résoudre à y participer sous la présidence de l’Iran, représentent une partie des travaux de la 2e des trois parties de la session 2013.

Réactions de l’Iran

Le ministère iranien des Affaires étrangères a pour sa part déclaré que le boycott (par les États-Unis) de la Conférence de l’ONU était «sans importance», et a assuré que Téhéran poursuivrait son rôle actif dans cette assemblée, rapporte aujourd’hui l’agence iranienne Fars.

«L’Iran a une présence très active et prend des initiatives lors de cette Conférence», a déclaré un porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Seyed Abbas Araqchi, ajoutant que «nous continuerons à tenir ce rôle, à travers notre participation ou la présidence».

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Discussion2 commentaires

  1. Jean Rouleau

    Je ne peut croire, que maintenant c'est des terroristes qui préside la conférence sur le désarmement. Cela manque de sérieux et offense les milliers de victimes du de leur action néfaste. Je ne sais pas, nous sommes en 2013 et je remarque depuis le début de l'année une forte augmentation d'achats d'armements divers a travers le monde et surtout particulièrement l'Asie. Cela n'augure rien de bon a court et moyen terme. Dire que le président Poutine aspire a devenir un leader de la paix, je n'en reviens du nombre de vente en matiere d'armements qu'ils font envers les pays de l'asie.

  2. Les Etats-Unis , le Canada, la France ;etc..espèrent faire fonctionner l'ONU selon leurs voeux , leur bon-vouloir et dicter sinon imposer aux autres nations la marche à suivre. Une sorte de diktat.