C’est le 111e anniversaire de la fin de la guerre d’Afrique du Sud

0
(Photo: Bibliothèque et Archives Canada)
(Photo: Bibliothèque et Archives Canada)

Le ministre des Anciens Combattants et ministre de la Francophonie Steven Blaney, a souligné aujourd’hui le 111e anniversaire de la fin de la guerre d’Afrique du Sud en faisant la déclaration suivante:

«L’origine de la tradition du service militaire international et du sacrifice de notre pays remonte, à bien des égards, à la guerre d’Afrique du Sud qui a eu lieu de 1899 à 1902. C’était la première fois que le Canada déployait un grand nombre de soldats à l’étranger. Plus de 7 000 Canadiens se portèrent volontaires au cours du conflit, qui prit fin le 31 mai 1902 avec la signature du Traité de Vereeniging.

L’habileté, le courage et le sacrifice dont ces Canadiens firent preuve il y a si longtemps furent à nouveau remarqués au cours des années qui suivirent, soit lors des deux guerres mondiales, de la guerre de Corée ou d’opérations modernes comme l’Afghanistan. C’était aussi la première fois que des Canadiennes participaient à des opérations militaires à l’étranger. En effet, 12 infirmières militaires soignèrent des blessés et des malades en Afrique du Sud.

Environ 280 Canadiens furent tués et plus de 250 blessés durant le conflit. Les noms des disparus figurent dans le Livre du Souvenir de la guerre d’Afrique du Sud et de l’Expédition sur le Nil, exposé dans la Chapelle du Souvenir de la Tour de la Paix, sur la Colline du Parlement.

Aujourd’hui, le Canada se souvient des valeureux efforts de ceux et celles qui ont combattu au nom de la liberté. Aujourd’hui, nous nous souvenons de la guerre d’Afrique du Sud.»

Le Canada et la guerre sud-africaine

Le 11 octobre 1899, la guerre éclata en Afrique du Sud entre les Britanniques et les Boers (descendants de fermiers protestants hollandais), qui étaient déjà en conflit depuis plus de cinquante ans. Les Britanniques, établis dans la colonie du Cap et dans le Natal, souhaitaient unifier l’Afrique du Sud sous leur autorité. Les Boers, qui occupaient deux républiques situées plus au nord — l’État libre d’Orange et le Transvaal — voulaient conserver leur indépendance.

Bien que les Canadiens anglais étaient nombreux à soutenir la cause de Londres en Afrique du Sud, la majorité des Canadiens français, de même qu’un grand nombre de nouveaux immigrants en provenance de pays autres que la Grande-Bretagne, se demandaient pourquoi le pays devrait participer à une guerre ayant lieu à l’autre bout du monde. Le premier ministre Wilfrid Laurier, par souci de préserver la stabilité du pays et la popularité de son parti, ne voulait pas engager son gouvernement. Toutefois, les liens avec l’Empire étaient forts et la pression populaire augmentait et il se devait d’agir. Laurier trouva un compromis et accepta d’y envoyer un bataillon de volontaires.

Parmi les Canadiens qui servirent en Afrique du Sud, 267 furent tués. Leurs noms sont inscrits dans les Livres du Souvenir. À l’époque, le gouvernement canadien soutint que cette expédition outre-mer ne constituerait pas un précédent. L’histoire prouvera le contraire. Le nouveau siècle verrait les Canadiens prendre part à deux guerres mondiales, à la guerre de Corée et à des douzaines de missions de maintien de la paix.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.