Complot contre un train au Canada: un autre maillon de la chaîne arrêté à New York

0
Croquis d'audience réalisé par Atalante de Chiheb Esseghaier , accusé d,avoir voulu faire dérailler uin train de voyyageurs, comparaissant devant un tribunal de Montréal, le 23 avril 2013 (Crédit: Atalante/AFP/)
Croquis d’audience réalisé par Atalante de Chiheb Esseghaier, accusé d’avoir voulu faire dérailler un train de voyageurs, comparaissant devant un tribunal de Montréal, le 23 avril 2013 (Crédit: Atalante/AFP/)

Un autre maillon de la chaîne terroriste canadienne a été découvert aux États-Unis: le mentor du terroriste qui voulait faire dérailler un train au Canada a été arrêté et mis en accusation à New York.

Ahmed Abassi, un ressortissant tunisien arrêté le 22 avril 2013, et mis en accusation le 2 mai devant la juge fédérale Miriam Goldman Cedarbaum, de la US District Court (Southern district of New-York, était le mentor de Chiheb Esseghaier, ce Montréalais arrêté pour avoir projeté un attentat contre un train de VIA Rail.

Ce n’est qu’aujourd’hui que le FBI a révélé les détails des accusations contre Abassi, qui est celui, selon la police fédérale américaine, qui a radicalisé Esseghaier.

En avril dernier, Chiheb Esseghaier, un Tunisien de 30 ans, qui vivait à Montréal depuis plusieurs années, et son complice, Raed Jaser, 35 ans, qui vivait à Markham en Ontario, ont été accusés de complot en vue de commettre un attentat terroriste et complot pour attenter à la vie d’autrui au profit ou sous la direction d’un groupe terroriste.

Chiheb Esseghaier, probablement le cerveau de l’attentat, étudiait à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) à Varennes et fréquentait une mosquée du quartier Côte-des-Neiges à Montréal.

L’attentat visait à faire dérailler un train de voyageurs de Via Rail entre Toronto et New-York, mais il a pu être déjoué avant d’être mis à exécution.

Selon le FBI, la police fédérale américaine, Ahmed Abassi, qui résidait au Canada, s’est rendu à la mi-mars 2013 aux États-Unis où il est resté jusqu’à son arrestation.

Alors qu’il était aux États-Unis, Abassi, qui était tout ce temps l’objet d’une étroite surveillance policière, a entretenu des contacts réguliers avec un agent d’infiltration du FBI, et s’est également entretenu avec Chiheb Esseghaier à New York.

Abassi avait aussi suggéré un autre complot, soit la contamination de l’air ou de l’eau avec des bactéries pour tuer plus de 100 000 personnes, mais Esseghaier n’avait pas apprécié ce projet d’attentat et c’est finalement le projet de faire dérailler un train de voyageurs qui avait été retenu.

Lors des discussions d’Abassi avec Esseghaier et avec l’agent d’infiltration (qui ont été enregistrées par l’agent d’infiltration), Abassi a également parlé de son désir de s’engager dans des actes terroristes contre des cibles aux États-Unis et d’autres pays et de son intention de fournir un soutien et un financement à des organisations engagées dans des activités terroristes, dont le Front al-Nusra, lié à Al-Qaïda.

Abassi a manifesté lors de ces rencontres l’intention de recruter d’autres personnes pour des complots terroristes, en particulier d’un certain nombre d’individus connus d’Abassi et/ou de ses associés, et qu’il a décrit comme des vues similaires aux siennes et qui, à son avis, serait prêt à s’engager dans une activité terroriste.

Abassi fait maintenant face à deux accusations, passibles chacune de 25 années de prison, d’avoir menti pour entrer aux États-Unis dans le but de commettre des actes terroristes.

À lire aussi:

Un complot terroriste démantelé à Montréal et Toronto >>

Projet de loi S-7: le Canada adopte de nouvelles mesures antiterroristes >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.