Des dauphins découvrent une torpille du 19e siècle au large de Coronado

2
Le US Navy Marine Mammal Program a pour but d'apprendre aux dauphins à détecter des mines sous-marines (Photo: Petty Officer 1st Class Joshua Scott, US Navy)
Le US Navy Marine Mammal Program a pour but d’apprendre aux dauphins à détecter des mines sous-marines (Photo: Archives/Petty Officer 1st Class Joshua Scott/US Navy)

C’est à quelques kilomètres du musée naval USS Midway et non loin de l’Hôtel del Coronado, qu’une équipe de la US Navy a découvert un véritable bijou militaire: une torpille du genre qui était déployée à la fin du 19e siècle, et considérée à l’époque comme une merveille technologique.

La torpille dite Howell a en fait été découvert par… les dauphins qui sont formés par la marine américaine pour trouver des objets sous-marins, y compris des mines, que la technologie à un milliard $ n’est pas capable de détecter.

Selon Ed Budzyna, un porte-parole du Space and Naval Warfare Systems Center Pacific, la marine américaine a fait appel à toute une ménagerie d’animaux depuis la création du programme US Navy marine mammal program dans les années 1960: requins, raies, orques, baleines pilotes et phoques.

Parmi les 100 animaux actuellement dans le programme basé à San Diego (Californie), seuls les lions de mer et les dauphins sont «opérationnels», ce qui signifie prêts à être déployés dans une situation de combat.

Le sonar naturel d’un dauphin reste encore bien supérieur à tout dispositif utilisé par l’armée. Ces mammifères marins sont en effet capables d’envoyer des ondes sonores et de «lire» dans les échos qui rebondissent.

Quant aux lions de mer, ils ont une excellente vision nocturne et sont capables de dire de quelle direction proviennent des sons sous-marins.

Une torpille Howell exposée au Naval Undersea Museum, dans l'État de Washingston (Photo: Archives/US Navy)
Une torpille Howell exposée au Naval Undersea Museum, dans l’État de Washingston (Photo: Archives/US Navy)

Même si elle n’est pas aussi connue que la Gatling et le char Sherman, la torpille Howell a été saluée comme une percée majeure lorsque les États-Unis était en forte concurrence pour la domination des océans. C’était la première torpille qui pouvait vraiment suivre une piste sans laisser de sillage et écraser une cible, selon les responsables de la Navy.

Seulement une cinquantaine de ces torpilles ont été réalisés entre 1870 et 1889 par une société du Rhode Island avant l’arrivée d’une copie améliorée par un rival.

C’est en 1870 que le capitaine de corvette américain John Adams Howell perfectionna la torpille Whitehead en remplaçant la propulsion à air comprimé par l’énergie accumulée dans un volant d’inertie lancé à 10 000 tours par minute avant l’envoi de la torpille. Outre une discrétion considérablement accrue au niveau visuel et sonore, l’effet gyroscopique du volant garantissait à l’engin une trajectoire rigoureusement rectiligne. Au cours d’essais comparatifs menée par l’US Navy, la torpille Howell construite par la société Hotchkiss obtint 95 % de tirs au but contre 37 % pour le modèle Whitehead.

Jusqu’à tout récemment, seule une torpille Howell avait été retrouvée. Elle est d’ailleurs exposée au Naval Undersea Museum, à Keyport (Washington).

«Considérant ce qui était fait avant que l’électricité ne soit fourni aux ménages américains, la torpille [Howell] était assez sophistiqué pour l’époque», a déclaré Christian Harris, directeur des opérations pour la division biosciences du Space and Naval Warfare Systems Center Pacific.

Des dauphins garde des bases de sous-marins américains dans les États de Géorgie et de Washington. Cet automne, ils seront déployés pour une mission de chasse aux mines au large de la Croatie.

Lorsqu’un dauphin nommé Ten a fait surface après une plongée en eau peu profonde le mois dernier et a touché l’avant du bateau, les spécialistes de la Marine ont été interloqué. «Il a été positif dans un endroit que nous ne nous attendions pas», a déclaré Mike Rothe, qui dirige le programme de mammifères marins.

Une semaine plus tard, un dauphin nommé Spetz a fait la même chose, dans la même zone. Cette fois, le dauphin a reçu l’ordre de placer un marqueur sur l’objet.

Des plongeurs de la Marine, puis des techniciens d’explosifs et munitions ont examiné l’objet, qui était en deux morceaux, et ont alors déterminé que les années l’avaient rendu inerte. Sur une pièce était inscrit «USN n° 24.»

Les morceaux de torpille ont été levées à la surface et emmenés dans une base de la Marine de nettoyage et d’attendre l’expédition de l’histoire navale et de commandement du patrimoine, situé au Navy Yard Washington.

Les dauphins ont trouvé des choses inattendues dans le passé, y compris une mine en forme de casier à homard lors d’une mission au large du Canada avec la Marine royale canadienne.

«Nous n’avons jamais trouvé quelque chose comme ça», a déclaré Mike Rothe, sa voix pleine d’admiration pour les mammifères marins. «Jamais».

À lire aussi:

Des dauphins dans les Forces canadiennes? >>

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Discussion2 commentaires