Deux roquettes s’abattent sur la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah

0
Véhicules détruits par des roquettes le 26 mai 2013 à Chiah dans la banlieue de Beyrouth (Photo: Anwar Amro/AFP)
Véhicules détruits par des roquettes le 26 mai 2013 à Chiah dans la banlieue de Beyrouth (Photo: Anwar Amro/AFP)

Deux roquettes Grad de 122mm se sont abattus ce dimanche matin dans la banlieue sud de Beyrouth, faisant quatre blessés, rapporte l’AFP. Les deux roquettes, vraisemblablement tirés à partir du territoire libanais, visaient le secteur de Chiyah, fief du Hezbollah, allié du régime Assad en Syrie.

Une des roquettes a touché le parc d’un vendeur de voitures, blessant quatre ouvriers syriens, selon cette source, tandis que l’autre a atteint un appartement sans faire de victime, selon l’agence de presse.

«Les auteurs de cette attaque sont des terroristes et des vandales qui ne veulent pas la paix et la stabilité pour le Liban», a déclaré le président libanais Michel Sleimane dans un communiqué.

Le ministre de l’Intérieur, Marwan Charbel, qui s’est immédiatement rendu sur les lieux touchés par les roquettes, a dénoncé pour sa part ce qu’il a appelé «un acte de sabotage visant à créer la zizanie».

Le Liban est de plus en plus entraîné dans la guerre en Syrie où le mouvement chiite libanais Hezbollah s’est engagé militairement depuis une semaine aux côtés des forces du régime dans la bataille pour reprendre aux insurgés la ville stratégique de Qousseir, près de la frontière libanaise.

Samedi, dans un discours à ses partisans, retransmis sur la télévision d’Al-Manar, proche du Hezbollah, le chef du groupe chiite libanais, Hassan Nasrallah, allié indéfectible du régime Assad, avait expliqué que le Hezbollah se devait d’intervenir en Syrie car ce pays est «la protection arrière de la résistance [à la majorité sunnite]» et «la résistance ne peut rester les bras croisés quand sa protection arrière est exposée».

Pendant ce temps, le combat continue à Qousseir et, au Liban même, trente et une personnes, dont trois soldats sont mortes dans les affrontements qui se poursuivent à Tripoli, dans le nord du pays, entre partisans et opposants au président syrien Bachar al-Assad.


Deux roquettes s’abattent sur la banlieue sud de Beyrouth, fief du hezbollah (Vidéo: JewishNewsOne)

À lire aussi:

Liban: dans les rues de Tripoli, sunnites et alaouites se déchirent comme en Syrie >>

Syrie: l’armée et le Hezbollah lancent un nouvel assaut au nord de Qousseir >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.