Huit policiers afghans tués lors d’une explosion revendiquée par les talibans

0
Des policiers afghans patrouillent à Koz Kunar, le 13 février 2013 (Photo : Archives / Noorullah Shirzada, AFP)
Des policiers afghans patrouillent à Koz Kunar, le 13 février 2013 (Photo: Archives/Noorullah Shirzada/AFP)

Quelques jours après le lancement par les talibans de l’«offensive du printemps», les autorités afghanes ont annoncé, ce jeudi, la mort de huit policiers dans l’explosion d’un engin explosif improvisé, dans la province de Logar, à une centaine de kilomètres de Kaboul.

Présents à bord d’une fourgonnette, les huit victimes de cette attaque effectuaient alors une patrouille près de Puli Alam, la capitale de la province de Logar. Ils étaient membres de la police communautaire, constituée en 2010 par la coalition de l’OTAN actuellement présente en Afghanistan.

Certains soldats de la coalition étaient même présents lors de cette patrouille, comme l’a confié à l’AFP le chef adjoint de la police provinciale, Khan Sadeq. D’après ce dernier, les forces internationales se trouvaient dans un autre véhicule au moment de l’explosion.

Si elle n’a pour l’heure pas souhaité commenter cette attaque, la Force internationale d’assistance et de sécurité (ISAF) de l’OTAN tente de faire face à cette instabilité actuelle dans le pays avant de retirer l’ensemble de ses soldats à la fin 2014.

«La portée de notre engagement en Afghanistan est sans précédent. Nous avons fourni des ressources et des compétences aux forces afghanes, tout en leur donnant le temps et la marge de manœuvre nécessaires pour monter en puissance», a rappelé le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, le 23 avril dernier, à l’issue d’une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN et des pays partenaires au sein de l’ISAF. «Nous n’allons pas quitter le pays comme ça», a-t-il martelé, assurant qu’il reste encore beaucoup à faire pour la sécurité et la stabilité du pays.

Un médiateur de la paix tué dans la province de Helmand

L’explosion de l’engin attribuée aux talibans afghans a coûté la vie, ce mercredi, à un médiateur de la paix ainsi qu’à deux de ses gardes du corps, dans la province de Helmand, dans le sud du pays.

Le porte-parole du gouverneur de la province de Helmand, Omar Zwak, a ainsi rapporté à l’AFP que le chef du Conseil de la paix pour la province, Shahwali Khan, décédé ce mercredi, se rendait dans le district de Greshk avec le gouverneur adjoint de la province, Massoud Bakhtawer.

Selon un communiqué de la présidence, le chef d’État afghan Hamid Karzaï a «fermement condamné cette attaque des ennemis de l’Afghanistan» contre Shahwali Khan, tué lors de l’explosion d’un engin piégé au passage de son convoi, comme l’ont rapporté les autorités locales, ayant attribué cette attaque aux talibans.

Ce mardi, trois soldats britanniques ont été tués dans l’explosion d’un engin artisanal dissimulé au bord d’une route dans cette même province de Helmand. Comme l’a annoncé le ministère de la Défense britannique, ce mercredi, cet attentat s’est produit lors d’une patrouille de routine de la Force internationale d’assistance et de sécurité (ISAF) de l’OTAN, dans le district de Nahr-e Saraj. Neuf afghans ont également péri lors de cette attaque.

Dans un communiqué publié, ce samedi, les talibans afghans ont annoncé vouloir effectuer «des opérations collectives de martyrs sur les bases des envahisseurs étrangers, leurs centres diplomatiques et leurs aérodromes militaires» et ainsi leur «infliger de lourdes pertes». L’occasion pour eux de lancer leur traditionnelle «offensive du printemps» contre les forces de l’OTAN et les autorités afghanes.

À lire aussi:

Un médiateur de la paix tué dans le sud de l’Afghanistan >>

Afghanistan: avec le printemps reviennent les talibans >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.