«Hummingbird Nano»: cet oiseau-mouche vous surveille!

0
Le «Hummingbird Nano»: cet «oiseau-mouche» est un drone de reconnaissance et de surveillance développé par AeroVironment pour la DARPA, la Defense Advanced Research Projects Agency du gouvernement américain (Photo: AeroVironment)
Le «Hummingbird Nano»: cet «oiseau-mouche» est un drone de reconnaissance et de surveillance développé par AeroVironment pour la DARPA, la Defense Advanced Research Projects Agency du gouvernement américain (Photo: AeroVironment)

À la demande de la DARPA, la Defense Advanced Research Projects Agency du gouvernement américain, l’industrie a développé des drones de la taille d’un oiseau ou d’un insecte capable de suivre des cibles tout en passant totalement inaperçus, même dans des zones densément peuplées.

Attention, cet oiseau-mouche vous surveille!

Avec les menaces modernes comme les terroristes et les insurgés désireux de se fondre dans des zones densément peuplées, des techniques de surveillance plus discrètes et plus secrètes devenaient nécessaires.

C’est la DARPA, qui a décidé en 2005 de développer une nouvelle technologie capable d’identifier et suivre des cibles sans se faire remarquer.

La DARPA, «Agence pour les projets de recherche avancée de défense» est l’agence du ministère de la Défense des États-Unis chargée de la recherche et du développement des nouvelles technologies destinées à un usage militaire.

Jusqu’à aujourd’hui, la DARPA a été à l’origine du développement de nombreuses technologies qui ont eu un impact considérable dans le monde entier dont notamment les réseaux informatiques qui furent les précurseurs de l’Internet.

Et, aujourd’hui, c’est au tour des drones de la taille d’un oiseau ou d’un insecte de…prendre leur envol.

Les Micro véhicules aériens, ou Nano véhicules aériens sont conçus pour se fondre dans un environnement en agissant d’une manière similaire à des créatures plus vraies que nature.

Le micro véhicule aérien en forme de colibri, d’oiseau-mouche est prêt et ceux en forme d’insecte devraient l’être dans les années à venir.

Les Micro véhicules aériens (Vidéo: Air Force Research Laboratory)

Encore quelques problèmes techniques à résoudre

La capacité d’observer à distance les environnements dangereux qui sont soit inaccessibles par véhicules traditionnels ou exigent une approche moins visible, plus secrète, pourrait révolutionner la collecte de renseignements en territoire hostile.

L’Armée américaine souligne à juste titre que, de plus en plus, les conflits armés ont pour théâtre des zones densément peuplées où les risques de dommages collatéraux sont plus grands, de sorte que la capacité d’agir secrètement deviendra presque une nécessité.

Le développement de ces véhicules posent toutefois encore des problèmes en raison des limites actuelles de la technologie.

Pour se fondre «dans la nature», les Micro véhicules doivent avoir une taille d’environ 7,5 cm.

À cette échelle, la «téléopération» devient impraticable, d’autant plus que l’opérateur serait incapable de voir l’objet au delà de 100 m, ce qui limite considérablement son rayon d’action.

En outre, les critiques de cette nouvelle technologie doutent de la capacité des Micro véhicules à distinguer entre les forces amies et ennemies.

L’oiseau-mouche sur un fil (photo: DARPA)

La technologie des batteries pose aussi un problème: elle n’est pas encore assez avancée pour offrir la taille requise, le poids et les paramètres de puissance.

Les batteries fournissant assez de puissance pour faire fonctionner les véhicules sont pour l’instant trop lourdes, alors qu’avec les versions plus légères , le véhicule risquerait de tomber en panne avant sont retour à la base.

Mais, qu’à cela ne tienne, les concepteurs envisagent maintenant que le Micro véhicule «oiseau-mouche» puisse atterrir sur un fil électrique pour y …refaire le plein d’énergie.

De plus, les scientifiques et les ingénieurs ont fait équipe avec des biologistes pour tester l’installation de la robotique sur les insectes et les animaux.

Le résultat: la gentille coccinelle semblerait la candidate idéale en terme de résistance, de durabilité et de vol.

À lire aussi:

Le Pentagone développe un système GPS sans ses satellites >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.