Irak: une nouvelle flambée de violence, 50 morts dont 24 policiers

0
Des Irakiens observent une voiture détruite par une bombe dans la banlieue de Bagdad, le 20 mai 2013 ( Photo: Archives/Ali al-Saadi)
Des Irakiens observent une voiture détruite par une bombe dans la banlieue de Bagdad, le 20 mai 2013 ( Photo: Archives/Ali al-Saadi)

La série noire n’arrête pas, une nouvelle série d’attentats a tué 26 personnes ce lundi20 mai en Irak, quelques heures seulement après que 24 policiers aient été tués dans des affrontements avec des hommes armés dans une région sunnite de l’ouest du pays, foyer de la contestation anti-gouvernementale.

Huit attentats, pour la plupart à l’aide de voitures piégées, ont secoué des quartiers majoritairement chiites de Bagdad, ce lundi matin, faisant au moins onze morts et 102 blessés, selon des sources médicales.

À Samarra, au nord de la capitale irakienne, un attentat a fait deux morts et une douzaine de blessés dans les rangs des Sahwa, une milice ralliée au régime bien que sunnite dont la vocation est de lutter contre al-Qaïda et dont les membres sont considérée comme des «traîtres» par ses anciens compagnons d’armes insurgés.

À Al-Anbar, majoritairement sunnite, à l’ouest du pays, des violences ont éclaté entre les forces de sécurité et des hommes armés dans la nuit de dimanche à lundi.

Un commando de l’armée et de la police a tenté de libérer des policiers enlevés samedi sur l’autoroute qui relie l’Irak à la Jordanie, rapporte de son côté l’agence France-Presse, citant un lieutenant-colonel de police, Majid al-Jlaybaoui, qui affirme qu’au cours de l’opération, douze otages ont été tués et quatre autres blessés.

Lors de deux autres incidents distincts survenus tard dans la soirée de dimanche, des inconnus ont attaqué deux commissariats à Haditha, à environ 210 km au nord-ouest de Bagdad, tuant cette fois douze policiers.

Les opposants sunnites régime iraquien sunnites exigent la démission du premier ministre Nouri al-Maliki, issu de la communauté chiite, et que les autorités mettent fin à la stigmatisation dont ils s’estiment victimes.

Depuis le début de l’année, les violences ont fait chaque mois plus de 200 morts, avec un pic à plus de 460 en avril, selon un décompte de l’AFP.

Cette vague de violences fait craindre un retour du conflit interconfessionnel qui avait fait rage en 2006 et 2007 à l’époque où les troupes américaines étaient régulièrement prises pour cible, faisant des milliers de morts tous les mois.


Irak : vague d’attentats sanglants à Bagdad et Bassora (Vidéo: euronews)

À lire aussi:

Irak: Maliki dénonce la «haine confessionnelle» lors d’une deuxième journée d’attentats >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.