Kaesong: la Corée du Nord favorable au dialogue pour un retour à la normale

0
Un soldat sud-coréen sur la route barricadée qui mène au site intercoréen de Kaesong à Paju, le 9 avril 2013 (Photo : Archives/Kim Jae-Hwan, AFP)
Un soldat sud-coréen sur la route barricadée qui mène au site intercoréen de Kaesong, le 9 avril 2013 (Photo: Archives/Kim Jae-Hwan, AFP)

Dans ce qui semble être un geste d’apaisement, le Comité pour la réunification pacifique de la patrie, un organe nord-coréen chargé des affaires sud-coréennes, a déclaré ce mardi matin qu’il autoriserait la visite d’entrepreneurs sud-coréens au complexe industriel de Kaesong et de membres du personnel du Comité de gestion du district industriel de Kaesong pour parler réouverture du site.

Dans un communiqué, le comité nord-coréen indique qu’«il faudra que le Sud ouvre la voie d’accès aux entrepreneurs au complexe industriel de Kaesong». «Nous avons d’ores et déjà autorisé la visite de ces entrepreneurs et s’ils viennent à Kaesong, nous allons discuter de tous les sujets concernant la normalisation du complexe, dont la sortie des produits finis.»

Le communiqué précise aussi que «les autorités sud-coréennes n’ont pas à s’inquiéter de la sécurité de ces entrepreneurs, mais si elles ne sont pas rassurées, il leur est possible d’envoyer des membres du Comité de gestion du district industriel de Kaesong». Le comité nord-coréen réitère également que la Corée du Nord n’a «jamais nié le dialogue et insisté systématiquement pour résoudre le problème fondamental de la normalisation de Kaesong».

Le Ministère de l’Unification de la Corée du Sud, qui s’occupe des affaires inter-coréennes, s’est toutefois montré prudent dans l’évaluation de ce changement de position du Nord, disant que les négociations au niveau gouvernementales devraient avoir lieu en premier. Selon le ministère,  les représentants des entreprises n’ont aucune autorité pour discuter de la question [de la réouverture du site].

Dernier symbole d’un semblant de paix entre les deux Corées, le 3 avril dernier, Pyongyang avait décidé, unilatéralement, d’interdire aux sud-Coréens l’accès au complexe industriel de Kaesong, situé sur son territoire à une dizaine de kilomètres de la frontière.  Quelques jours plus tard, le régime de Kim Jong-un en a retiré ses 53 000 employés, causant l’arrêt de la production dans les usines du complexe industriel co-géré par la Corée du Nord et la Corée du Sud.

Les deux Corées, qui demeurent divisés depuis 1945, sont théoriquement encore en guerre, car ils n’ont pas signés de traité de paix à la fin de la guerre de Corée de 1950-53.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.