La Corée du Nord continue de dire une chose et son contraire

0
En mars, la Corée du Nord romptait  ses relations avec son voisin du sud et menaçait le monde une fois de plus (Photo: Archives/KCNA)
En mars dernier, la Corée du Nord romptait ses relations avec son voisin du sud et menaçait le monde une fois de plus (Photo: Archives/KCNA)

Réaffirmant encore une fois son refus d’abandonner le nucléaire, contrairement à ce que son envoyé avait fait mine d’accepter la semaine dernière lors d’une visite à Pékin, la Corée du Nord continue de souffler le chaud et le froid et de dire une chose et son contraire.

Pourtant, vendredi 24 mai, la Chine avait annoncé que la Corée du Nord acceptait la suggestion chinoise de revenir à la table de négociations et de reprendre les pourparlers à six (le Japon, la Chine, les États-Unis, la Russie et les deux Corées) pour trouver une issue pacifique aux inquiétudes de sécurité soulevées par le programme nucléaire nord-coréen après le retrait en 2003 de la Corée du Nord du traité de non-prolifération nucléaire.

En outre, dans ce qui semblait être un geste d’apaisement, le Comité pour la réunification pacifique de la patrie, un organe nord-coréen chargé des affaires sud-coréennes, avait aussi déclaré tout récemment, le mardi 28 mai, qu’il autoriserait la visite d’entrepreneurs sud-coréens au complexe industriel de Kaesong et de membres du personnel du Comité de gestion du district industriel de Kaesong pour parler réouverture du site.

Toutefois, le Ministère de l’Unification de la Corée du Sud, qui s’occupe des affaires intercoréennes, s’était montré prudent dans l’évaluation de ce changement de position du Nord.

Mais voilà que maintenant, pour une deuxième fois en moins d’une semaine, le quotidien officiel du Parti du travail nord-coréen, Rodong Sinmun, a réitéré mardi le refus du Nord d’abandonner le nucléaire.

Dans un éditorial à la Une, l’organe de presse officiel du parti unique nord-coréen, le Rodong Simun, réaffirme que seule la dissuasion nucléaire garantit la «victoire finale» du régime communiste contre les forces impérialistes. «Nous resserrerons notre étreinte sur l’inestimable sabre nucléaire et mènerons nos batailles contre les impérialistes avec une plus grande vigueur encore», écrit le Rodong Simun.

En outre, le journal officielle du prti au pouvoir en Corée du Nord a publié un «commentaire» d’un «lecteur» qui écrit «nous [les Nord-Coréens]n’avons aucune intention d’abandonner notre moyen de dissuasion contre la guerre dans des conditions où les menaces nucléaires des États-Unis se poursuivent».

Ce «commentaire» intitulé «les États-Unis doivent balayer les menaces et l’hypothèse de provocations» , poursuit en disant que «nos moyens de dissuasion sont l’épée forte pour maintenir l’intérêt suprême de notre nation et le bouclier sûr pour protéger la paix».

Quant à elle, Commission de défense nationale nord-coréenne avait déclaré samedi dernier, au lendemain de la rencontre entre Xi Jinping et Choe Ryong-hae, que «la politique de développement de l’économie et des forces nucléaires en même temps peut maintenir la souveraineté, la dignité de l’ethnie et sa sécurité en détruisant le bluff nucléaire des États-Unis».

À lire aussi:

Xi Jinping réaffirme sa position sur la dénucléarisation et invite son homologue sud-coréenne à Pékin >>

La Corée du Nord accepte de revenir à la table de négociations, annonce la Chine >>

Kaesong: la Corée du Nord favorable au dialogue pour un retour à la normale >>

Le régime nord-coréen de Kim Jong-un est incapable… de se taire >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.