Le régime nord-coréen de Kim Jong-un est incapable… de se taire

2
Visite du chef suprême sur l'île de Taeyonphyong en mars dernier(Photo: Archives/ KCNA)
Visite du chef suprême sur l’île de Taeyonphyong en mars dernier (Photo: Archives/ KCNA)

La Corée du Nord, qui avait accepté la suggestion chinoise de dialoguer avec les parties concernées, n’a pu s’empêcher dimanche de reprendre le ton belliqueux qu’on lui connaît pour condamner le récent test de missile des États-Unis, affirmant que cette «provocation militaire» justifie sa course à l’armement, rapporte l’agence sud-coréenne Yonhap.

Les États-Unis avaient tiré le 22 mai un missile intercontinental Minuteman 3 depuis une base californienne.

Ce test, qui avait pour but de déterminer la précision du missile, avait été prévu à l’origine pour la mi-avril, mais les Américains avaient décidé de le reporter à cause des tensions avec la Corée du Nord.

La Corée du Nord avait pourtant , à l’occasion de la visite de son envoyé spécial à Pékin la semaine dernière, accepté l’idée de résoudre les différends par le dialogue et la consultation.

Kim Jong-Un avait en effet dépêché mercredi l’un des plus hauts gradés de son armée en Chine, alors que Pékin, seul allié de Pyongyang, montrait des signes de lassitudes devant les incessantes provocations de la Corée du Nord.

Finalement, vendredi, la Chine avait annoncé que la Corée du Nord acceptait la suggestion chinoise de revenir à la table de négociations et de reprendre les pourparlers à six (le Japon, la Chine, les États-Unis, la Russie et les deux Corées) pour trouver une issue pacifique aux inquiétudes de sécurité soulevées par le programme nucléaire nord-coréen après le retrait en 2003 de la Corée du Nord du traité de non-prolifération nucléaire.

Mais voilà que dimanche, on revient aux propos guerriers: «La réalité sur la péninsule coréenne nous pousse désespérément à consolider notre capacité de défense par tous les moyens», a rapporté le quotidien officiel Rodong Sinmun dans son éditorial. «Nous ne cachons pas le fait que nous développons des missiles dans le but de nous assurer la victoire finale dans une guerre totale contre les États-Unis», ajoutait l’organe officiel du Parti du travail de Corée, au pouvoir en Corée du Nord.

Au sud, 900 millions $ de nouveaux avions de patrouille

Pendant ce temps, l’armée sud-coréenne a approuvé l’achat de 20 avions de patrouille maritime pour remplacer les 16 P-3C Orions vieillissants et améliorer ainsi ses capacités de surveillance de la marine nord-coréenne, rapportait dimanche l’agence sud-coréenne Yonhap.

Les concurrents pour ce contrat d’environ 889 millions $ sont le C-295 MPA d’Airbus Military, le P-8 Poseidon de Boeing et le SC-130J Sea Hercules de Lockheed Martin.

Récemment, la Corée du Sud a consacré des plus de ressources à la défense de ses côtes et de ses îles situées près de la frontière nord-coréenne.

À lire aussi:

Xi Jinping réaffirme sa position sur la dénucléarisation et invite son homologue sud-coréenne à Pékin >>

La Corée du Nord accepte de revenir à la table de négociations, annonce la Chine >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Discussion2 commentaires

  1. Jean Rouleau

    La seul chose que je trouves stupide, c'est que présentement la Coré du sud n'arrete pas d'Acheter de l'armements et de s'endetter a cause de la Coré du nord, ce qui est profitable pour l'industries de la mort. Mais que fait t'on exactement pour la paix et aider la Coré du sud et de ses voisins contre la coré du nord. Je ne crois pas que les armes vont résoudre le probleme sans une interventions musclé de la communauté et surtout de la Chine qui devrait agir et intervenir en coré du nord pour destituer ce bouffon et de réunifier la coré du nord aux sud qui pourra mieux gérer l'ensemble du territoire du nord et du sud.