Le Canada expulse un ex-terroriste palestinien vers le Liban

1
Le ministre canadien de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenney, a annoncé, ce lundi, l'expulsion vers le Liban d'un Palestinien installé au Canada depuis 26 ans (Photo: Archives/Citoyenneté et Immigration Canada)
Le ministre canadien de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenney, a annoncé, ce lundi, l’expulsion vers le Liban d’un Palestinien installé au Canada depuis 26 ans (Photo: Archives/Citoyenneté et Immigration Canada)

Ce lundi, le ministre canadien de l’Immigration, Jason Kenney, a annoncé l’expulsion d’un Palestinien installé au Canada depuis 26 ans. Condamné pour avoir attaqué en 1968 un avion israélien à Athènes, en Grèce, cet ancien activiste a été renvoyé vers le Liban.

Mahmoud Mohammad Issa Mohammad a été déporté, ce dimanche matin, vers 4h (heure de Montréal), par des agents de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC). Il a été reconduit sur le sol libanais, pays d’origine de sa femme.

«J’aurais préféré que cela soit fait il y a 26 ans, mais ça n’a pas été le cas», a constaté, ce lundi, le ministre canadien de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenney. «C’est maintenant fait, et nous lançons un message indiquant que nous ne serons plus traités comme des poires par des terroristes comme M. Mohammad», a-t-il renchéri.

Cet ancien activiste du Front populaire de l’Organisation de libération de la Palestine avait participé en 1968 à l’attaque d’un avion de la compagnie El Al, à Athènes, en provenance de Tel Aviv. Cette opération anti-israélienne avait coûté la vie à un passager avant que le terroriste palestinien et son complice ne soient arrêtés.

Condamné en 1970 à 17 ans de prison, Issa Mohammad a été libéré quelques mois plus tard par les autorités grecques, soumises aux revendications d’autres pirates de l’air palestiniens lors d’un nouveau détournement d’avion.

Vingt-cinq ans de procédure avant son expulsion

Arrivé en 1987 au Canada grâce à de fausses déclarations, il a ensuite été repéré par les autorités fédérales. Dès 1988, les démarches furent ainsi entreprises pour expulser le résident de Burlington, en Ontario.

«C’est un terroriste et un tueur. Il a tenté de détourner un avion, il a lancé des grenades et fait feu sur des citoyens innocents. Si vous êtes reconnu comme terroriste, vous ne pouvez pas venir au Canada parce que vous représentez un risque pour la sécurité du pays», a déclaré le ministre Kenney.

Mais à l’issue d’une longue bataille judiciaire au cours de laquelle sa demande d’asile a été jugée irrecevable, Issa Mohammad n’a été reconduit à la frontière que ce dimanche. «Il a menti sur son identité. Il a menti en affirmant ne pas avoir de passé criminel ni de liens avec des organisations criminelles», a ajouté le ministre.

Soulignant les «lacunes de l’ancien système d’immigration», ce dernier a indiqué qu’il ne savait pas si cet ancien activiste avait un emploi au Canada, ni comment il avait vécu pendant ces 26 dernières années. «Nous ne traquons pas les activités personnelles des individus», a assuré le ministre.

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

DiscussionUn commentaire