Le chef du groupe djihadiste Al-Nosra blessé dans un bombardement en Syrie

0
Le chef du front Al-Nosra, Abou Mohammed al-Joulani (Photo: ansarsunna)
Le chef du front Al-Nosra, Abou Mohammed al-Joulani (Photo: Archives/ ansarsunna)

Le chef du front jihadiste Al-Nosra, Abou Mohammed al-Joulani, a été blessé mercredi dans un bombardement mené de l’armée syrienne dans la province de Damas, rapporte l’Observatoire syrien des Droits de l’Homme (l’OSDH).

Selon l’OSDH, le chef d’Al-Nosra, un groupe de combattants islamistes lié à Al-Qaïda, aurait été blessé à un pied Abou Mohammed al-Joulani, lors d’un bombardement qui le visait directement, lui et le groupe de combattants avec qui il se trouvait, dans un secteur sud de la province de Damas.

Désigné «organisation terroriste» par les États-Unis pour ses liens avec Al-Qaïda, le Front Al-Nosra s’est d’abord fait connaître, au début du conflit, par des attentats suicide, avant de devenir une redoutable force armée en tête du combat contre le régime Assad, supplantant presque en popularité auprès des rebelles, l’Armée syrienne libre, qui reste, en principe, la principale force armée opposée au régime de Bachar al-Assad et à l’armée régulière.

Le front Al-Nosra (Jabhat Al-Nosra), formé de combattants syriens et de volontaires étrangers, veut instaurer un État islamique dans la Syrie, ce que rejette pour sa part l’Armée syrienne libre.

En avril dernier, Abou Mohammed al-Joulani a annoncé qu’il prêtait allégeance au chef d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, montrant que l’opposition au régime Assad, non seulement n’était pas homogène, mais comptait dans ses rangs des groupes islamistes radicaux.

Pendant ce temps, les États-Unis et Russie, ont annoncé mardi 7 mais avoir convenu d’inciter régime et rebelles à trouver une solution politique, mais l’opposition syrienne a de nouveau exigé le départ du président Bachar al-Assad en préalable à toute solution au conflit, rejetant ainsi indirectement l’appel américano-russe au dialogue.

«La coalition nationale syrienne salue les efforts internationaux appelant à une solution politique qui réaliserait les aspirations du peuple syrien pour un État démocratique, mais celle-ci ne peut commencer qu’avec le départ de Bachar al-Assad et de son régime», a déclaré l’opposition dans un communiqué.

Le premier ministre britannique David Cameron se rendra pour sa part vendredi 10 mai à Sotchi, en Russie, pour discuter avec le président russe Vladimir Poutine.


En avril dernier, les djihadistes d’Al-Nosra reconnaissaient leur lien avec Al-Qaïda (Vidéo: Archives/euronews)

À lire aussi:

La Russie et les USA redoublent d’efforts pour mettre fin au conflit en Syrie >>

Fusion du front rebelle syrien al-Nousra et d’Al-Qaïda en Iraq >>

Le régime syrien veut des sanctions contre Al-Nosra, l’opposition dans l’embarras >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.