Le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, promet la victoire en Syrie à ses partisans

0
Le chef du mouvement chiite libanais Hezbollah Hassan Nasrallah, le 25 mai 2013 (cature d'écran Al-Manar/AFP)
Le chef du mouvement chiite libanais Hezbollah Hassan Nasrallah, le 25 mai 2013 (capture d’écran Al-Manar/AFP)

Hassan Nasrallah, le chef du le chef du mouvement chiite libanais Hezbollah, allié indéfectible du régime Assad, promet ce samedi 25 mai la victoire en Syrie à ses partisans peu après que l’armée gouvernementale syrienne eut annoncé avoir pénétré à l’intérieur de l’aéroport militaire de Dabaa, au nord de la ville de Qousseir, près de la frontière du Liban, qu’elle tente depuis une semaine de reprendre aux rebelles avec l’aide du Hezbollah.

L’armée syrienne s’est infiltrée à l’intérieur de l’aéroport de Debaa par le nord-ouest, après s’être emparée de la ligne de défense des rebelles et les combats se déroulent désormais à l’intérieur, rapporte l’AFP, citant une source militaire.

Cet ancien aéroport se trouve à 6 km de Qousseir, sur la seule route au nord de la ville et, selon des militants, rapporte encore l’agence, ce sont les forces spéciales de l’armée et le Hezbollah qui ont mené l’assaut.

La ville de Quousseir a une importance stratégique tout autant pour les rebelles que pour les forces du régime.

Située sur le principal point de passage des combattants et des armes en provenance du Liban, elle est également stratégique pour le régime, parce que située sur la route reliant Damas à sa base arrière sur le littoral.

Nasrallah promet la victoire

Pendant ce temps, dans un discours samedi, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, a promis la victoire dans la guerre en Syrie à ses partisans.

«Je dis aux gens honorables, aux moujahidines, aux héros: comme je vous ai toujours promis la victoire, je vous en promets une nouvelle», a-t-il déclaré lors d’une cérémonie à Machghara, dans le sud-est du Liban, à l’occasion du 13è anniversaire du retrait israélien du Liban.

«La Syrie, c’est la protection arrière de la résistance, le support de la résistance. La résistance ne peut rester les bras croisés quand sa protection arrière est exposée et quand son support se brise. Si nous n’agissons pas, nous sommes des idiots», a déclaré Nasrallah.

Depuis une semaine, le mouvement chiite libanais Hezbollah est engagé aux côtés des forces du régime syrien dans la bataille pour reconquérir Qousseir, et Nasrallah a rejeté dans son discours toute idée de compromis: «Le Hezbollah ne peut pas être sur le même front que les États-Unis, Israël, les [sunnites extrémistes]qui pratiquent l’éviscération, décapitent et profanent les tombes».

Russes et Occidentaux préparent un «Genève II»

Par ailleurs, des responsables américains, russes et français se retrouveront lundi à Paris pour préparer un «Genève II », visant à réunir des représentants du régime et de l’opposition, qui hésite encore à participer alors qu’elle est en perte de vitesse sur le terrain.

Damas a donné, selon les Russes, son «accord de principe» pour participer à la conférence internationale de paix, mais l’opposition hésite encore à participer alors qu’elle est en perte de vitesse sur le terrain.

La Coalition de l’opposition syrienne avait réclamé vendredi à Istanbul des «gestes de bonne volonté» du régime. «Nous voulons être sûrs que quand nous entrerons dans ces négociations, le bain de sang va s’arrêter en Syrie», avait alors déclaré un de ses porte-parole, Khaled Saleh.

Lundi également, le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UE doit se prononcer sur une levée de l’embargo sur les armes à destination de l’opposition syrienne., mais plusieurs pays s’y opposent encore fermement.


Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, sur la situation en Syrie avec traduction simultanée en anglais (Vidéo: Press TV)

À lire aussi:

Liban: dans les rues de Tripoli, sunnites et alaouites se déchirent comme en Syrie >>

Les Amis de la Syrie veulent le retrait du Hezbollah et de l’Iran, et le départ d’al-Assad >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.