Le Congrès américain approuve la vente de drones Global Hawks à la Corée du Sud

0
Un drone RQ-4 Global Hawk, de Northop Grumman (Photo: Archives/US Air Force)
Un drone RQ-4 Global Hawk, de Northop Grumman (Photo: Archives/US Air Force)

Le Congrès américain a finalement approuvé la vente à la Corée du Sud de quatre drones de surveillance Global Hawks.

L’Agence de coopération pour la sécurité de la défense avait avisé le Congrès le 21 décembre de cette possible vente de matériel militaire étranger à la République de Corée, soit quatre drones RQ-4 B Bloc 30 Global Hawk, des équipements associés, des pièces, de la formation et du soutien logistique pour un coût estimé à 1,2 milliard de $.

L’Agence de coopération pour la sécurité de la Défense (DSCA) du ministère américain de la Défense est responsable de la supervision du transfert de matériel de défense aux alliés des États-Unis dans le monde.

La Corée du Sud a donc reçu la nouvelle du Pentagone il y a une quinzaine de jours, après que le Congrès eut approuvé la demande.

Le RQ-4 B Global Hawk est un drone de surveillance de la taille d’un petit chasseur, évoluant en haute altitude, et construit par la société américaine Northrop Grumman pour l’US Air Force.

Le RQ-4 B dont la Corée du Sud fera l’acquisition est une version améliorée avec une charge utile accrue, une envergure augmentée à 130,9 pi (39,8 m) la longueur augmentée de 47,7 pi (14,5 m) et un rayon d’action de 8 700 milles marins.

Les drones Global Hawks, similaires aux avions-espions U-2 de Lockheed Martin, peuvent scanner de larges zones à la recherche de cibles stationnaires et mobiles de jour comme de nuit et fournir des images à haute résolution

La Corée du Sud avait exprimé dès 2005 son intérêt pour l’acquisition d’au moins quatre RQ-4 B pour augmenter les capacités de renseignement de l’armée sud-coréenne après le retour du contrôle opérationnel en temps de guerre des États-Unis en République de Corée, prévu pour 2015. Les RQ-4 B seront déployés près de la frontière avec le Nord et pourront surveiller la frontière séparant les deux Corées et la frontière entre la Corée du Nord et la Chine.

Pour ce qui est des drones Phantom Eye de Boeing et le Global Observer de AeroVironment Inc., ils avaient été considérés comme candidats potentiels, mais n’ont pas répondu aux critères de capacité opérationnelle de l’armée sud-coréenne, selon des responsables de l’armée.

Séoul a confirmé son désir d’employer les drones de haute altitude pour mener prioritairement des missions de renseignement sur la Corée du Nord.

À la mi-avril, avait aussi été annoncé annoncé l’achat par la Corée du Sud de 36 hélicoptères Apache (AH-64E), d’une valeur de 1,6 milliard $.

À lire aussi:

Bientôt des drones militaires au-dessus de l’Arctique? >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.