Le Mexique déploie 5 000 hommes dans le Michoacán pour lutter contre les narcotrafiquants

0
1 000 policiers fédéraux, 2 000 militaires et 2 000 membres de la Marine de guerre sont arrivés dans le Michoacán depuis lundi soir (Photo: Archives/Diego Fernandez/AP México)
1 000 policiers fédéraux, 2 000 militaires et 2 000 membres de la Marine de guerre sont arrivés dans le Michoacán depuis lundi soir (Photo: Archives/Diego Fernandez/AP México)

Depuis lundi soir, quelque 5 000 militaires et policiers fédéraux sont déployés dans l’État du Michoacán, dans l’ouest du Mexique. Une vaste opération destinée à lutter contre les violences provoquées par les cartels de narcotrafiquants et des groupes armés d’auto-défense, comme le rapporte l’AFP.

De source policière et militaire, l’agence de presse a rapporté, ce mardi, que 1 000 policiers fédéraux, 2 000 militaires et 2 000 membres de la Marine de guerre sont arrivés dans le Michoacán. Ces renforts opérationnels se sont déployés dans une zone du sud-est de la province, connue sous le nom de Tierra Caliente (Terre chaude). Ils ont rejoint 1 000 autres policiers fédéraux déjà sur place depuis quelques jours.

Le ministre de l’Intérieur, Miguel Angel Osorio Chong, devait assister, ce mardi, à une réunion sur la sécurité avec les autorités de l’Etat du Michoacán. La présence d’organisations armées et de cartels de narcotrafiquants laisse régner une certaine instabilité dans cet État, l’un des plus pauvres du pays.

En février dernier, des groupes d’hommes armés se présentant comme des groupes d’auto-défense sont apparus dans plusieurs municipalités de cette région et ont pris le contrôle de certains axes routiers.

Plusieurs entreprises ont ainsi décidé depuis plusieurs jours de ne plus distribuer leurs produits dans ces zones. Les autorités de l’État ont néanmoins indiqué, ce lundi, que, «grâce à la coordination et à l’appui du gouvernement fédéral», la circulation a été rétablie normalement dans ces secteurs.

Les Chevaliers Templiers, un cartel en marge de la société

Mais cette région est aussi connue pour la présence en son sein du cartel des Chevaliers Templiers. Né en mars 2001, d’une scission avec un autre cartel influent, La familia michoacana, le groupe de narcotrafiquants a été la cible, a l’été 2011, d’une vaste offensive des autorités fédérales.

Au cours de l’Opération delirium, une coopération américano-mexicaine lancée en 2009, quelque 1 800 policiers fédéraux et des centaines de militaires ont été déployés sur place. Avec blindés, hélicoptères et armes lourdes, ils sont parvenus à arrêter près de 80 Chevaliers templiers en un mois.

Le butin a également été conséquent. Des tonnes de marijuana et autres stupéfiants ont été saisies, ainsi que des AK-47 et quelques tuniques blanches ornées d’une grande croix rouge, symbole de leurs références initiales à l’Ordre des Templiers.

Mais cette stratégie sécuritaire n’a pas suffi puisque l’organisation reste plus que jamais sur pied. Plusieurs observateurs ont notamment dénoncé une opération médiatique, visant à surprendre l’opinion public sans pour autant s’attaquer aux racines de l’organisation, ses leaders, son économie ou encore ses liens présumés avec des responsables politiques.

À lire aussi:

Une jeune reine de beauté mexicaine tuée lors d’une fusillade (VIDÉO) >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l’Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d’une licence en Information­-Communication, Gaëtan s’intéresse aux enjeux internationaux à travers l’analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.