L’embargo de l’UE sur les armes pour les rebelles syriens est levé

0
Le ministre des Affaires étrangères britannique William Hague (g) et son homologue belge Didier Reynders le 27 mai 2013 à Bruxelles, où se tient une réunion sur la Syrie (Photo: Georges Gobet/AFP)
Le ministre des Affaires étrangères britannique William Hague (g) et son homologue belge Didier Reynders le 27 mai 2013 à Bruxelles, où se tient une réunion sur la Syrie (Photo: Georges Gobet/AFP)

Les ministres européens des Affaires étrangères ont décidé lundi soir à Bruxelles de lever l’embargo sur les armes pour les rebelles syriens, a annoncé le ministre britannique William Hague, ce qui va permettre aux pays européens d,envoyer des armes aux revelles si la situation l’exigede.

Par contre, les ministres réunis à Bruxelles ont décidé de maintenir les sanctions commerciales et financières prises depuis deux ans contre le régime de Bachar al-Assad.

La responsable de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a précisé pour sa part que la fourniture d’armes était «destinée à la protection des civils» et sera soumise à des contrôles afin que les armes ne puissent pas tomber entre les mains de groupes extrémistes.

L’Union européenne «réexaminera sa position avant le 1er août, à la lumière notamment des résultats de la conférence Genève-2 initiée par les Etats-Unis et la Russie», a aussi précisé Catherine Ashton.

Pendant ce temps, à Paris, le secrétaire d’État amméricain, John Kerry, et le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, ont tous deux réaffirmé une fois encore lundi leur profond engagement aux principes de la première conférence de «Genève I», prévoyant un gouvernement de transition en Syrie, alors qu’ils tentent d’amener toutes les parties à la table des négociations pour un «Genève 2».

Le régime Assad a donner son accord de principe pour cete rencontre, mais l’opposition syrienne hésite à participer à la rencontre au moment où elle est en perte de vitesse sur le terrain.

La levée de l’embargo pourrait changer la donne et amener l’opposition, rassérénée par la décision de l’Union européenne, à finalement décider d’y participer.


Le ministre britannique expliquait, quelques heures plus tôt, pourquoi il prône la levée de l’embargo (Vidéo: BBC news)

À lire aussi:

Les reporters du quotidien français Le Monde témoignent de l’usage de gaz toxiques en Syrie >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.