Liban: nouvel incident faisant craindre un débordement du conflit syrien

Des sunnites au Liban, à Tripoli, le 23 mai 2013 (Photo: Joseph Eid/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des sunnites au Liban, à Tripoli, le 23 mai 2013 (Photo: Joseph Eid/AFP)
Des sunnites au Liban, à Tripoli, le 23 mai 2013 (Photo: Joseph Eid/AFP)

Trois soldats libanais ont été abattus par des hommes armés dans l’est du Liban, à la frontière syrienne, dans la nuit de lundi à mardi.

Il s’agit de l’incident le plus meurtrier impliquant l’armée libanaise.

C’est à l’entrée de la localité d’Aarsal, située dans la plaine de la Bekaa, région sunnite, favorable aux rebelles syriens et qui regroupe des opposants syriens au régime de Bachar Al-Assad, que l’incident s’est déroulé.

«Trois soldats ont été tués par des hommes armés alors qu’ils étaient à bord d’un 4×4 à l’entrée est d’Aarsal», a indiqué à l’AFP un responsable de la sécurité.

En février dernier, la localité avait déjà été le témoin du même type d’incident. Deux soldats de l’armée libanaise avaient été tués dans un guet-apens lors de la poursuite d’un homme recherché par la justice. Cet incident avait déjà créé une tension entre les locaux et l’armée.

Deuxième raid du régime Assad en moins de 24 heures au Liban, près d'Arsal
Deuxième raid du régime Assad en moins de 24 heures au Liban, près d’Arsal

Le président libanais, Michel Sleimane, juge que l’incident relève d’une «série d »incidents terroristes et criminels visant à semer la dissension dans le pays».  Il a appelé l’armée à «frapper d’une main de fer toute partie qui l’attaque ou qui cherche à déstabiliser la paix civile».

Depuis le début de la crise qui secoue la Syrie en mars 2011, les frontières nord et est du Liban sont le spectacle de plusieurs incidents, parfois meurtriers. Surtout dans la région de la Bekaa et dans le village d’Aarsal où transitent de nombreux réfugiés syriens fuyant les combats mais aussi des armes et des rebelles au régime de Bachar al-Assad.

À lire aussi:

Syrie: risque de contagion et d’éclatement au Liban, prévient Ban Ki-moon

Deux roquettes s’abattent sur la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah

Liban: dans les rues de Tripoli, sunnites et alaouites se déchirent comme en Syrie