Nouvelle incursion: trois navires chinois croisent près des Senkaku

0
Les îles Senkaku sont disputés depuis des années par la Chine et le Japon (Photo: thongtintaichinh)
Les îles Senkaku sont disputés depuis des années par la Chine et le Japon (Photo: thongtintaichinh)

Des navires de surveillance maritime chinois ont pénétré dans les eaux japonaises dimanche près des îles Senkau, un groupe d’îlots sous contrôle japonais revendiqués par la Chine, rapporte ce matin l’agence japonaise Kyodo News, citant la Garde côtière japonaise.

Toujours selon la garde côtière japonaise, trois navires ont été vus, entrant dans les eaux territoriales japonaises en mer de Chine orientale, autour de 11 heures dans ce qui est le 42e incident de ce genre depuis que Tokyo a nationalisé la majorité des îlots inhabités en septembre dernier,

La garde côtière japonaise a déclaré que ses navires de patrouille ont enjoint par radio aux navires chinois de quitter les eaux japonaises.

Shinsuke Sugiyama, directeur général de l’Asie/Océanie au ministère des Affaires étrangères japonais, a téléphoné au ministre de la Chine au Japon, Han Zhiqiang, de déposer une protestation, rapporte encore l’agence japonaise, citant un responsable du ministère.

La Chine envoie régulièrement des navires autour de l’archipel des Senkaku (Diaoyu, en chinois), depuis la nationalisation de trois de ses cinq îles par le Japon, qui les a acheté à leur propriétaire privé japonais en septembre dernier.

En avril dernier, des navires gouvernementaux chinois avaient à plusieurs reprises dans cette zone entourant les territoires dont les deux pays se disputent la souveraineté,

Le Japon avait alors convoqué l’ambassadeur de Chine pour protester.

Le premier ministre Shinzo Abe avait prévenu en avril que les forces nippones expulseraient tout éventuel débarquement chinois sur les Senkaku et le Japon a annoncé la constitution d’une force spéciale de 600 hommes et 12 navires pour surveiller et protéger les Senkaku,400 km à l’ouest de l’île d’Okinawa (sud du Japon).

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.