Pakistan: 6 morts dans le premier tir de drone depuis le discours d’Obama

0
Photo remise par l'armée américaine le 27 février 2011 et montrant un drone de combat(Photo: Archives/US Army/AFP)
Photo remise par l’armée américaine le 27 février 2011 et montrant un drone de combat(Photo: Archives/US Army/AFP)

Six insurgés présumés ont été tués mercredi par les tirs d’un drone américain dans un fief taliban du nord-ouest du Pakistan, premier tir de ces avions depuis les législatives pakistanaises et la revue de la stratégie antiterroriste américaine par Barack Obama.

—-

Mise à jour 29/05/13 à 14h14

Le numéro deux des talibans pakistanais, Wali ur-Rehman, a été tué mercredi par un tir de drone américain dans une zone tribale du nord-ouest du Pakistan, ont annoncé des responsables pakistanais, une information que les Etats-Unis n’ont pas été «en mesure de confirmer» .

Numéro deux du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP, Mouvement des talibans du Pakistan), Wali ur-Rehman a été tué dans le Waziristan du Nord par un missile tiré par un drone américain, ont déclaré ces responsables à l’AFP.

Auparavant, des sources pakistanaises avaient indiqué que Rehman avait probablement été tué par un drone, mais qu’elles n’étaient pas encore en mesure de le confirmer à cent pour cent.

Rehman était notamment accusé par Washington d’avoir été l’un des acteurs clés de l’attaque contre la base de Chapman à Khost, en Afghanistan. Sept membres de la CIA avaient été tué dans cette attaque, soit le bilan le plus lourd subi par les services de renseignement américains depuis la guerre du Liban en 1983.

—-
Mise à jour 29/05/13 à 11h19

Le n°2 des talibans pakistanais Wali ur-Rehman a été visé mercredi par le premier tir de drone américain depuis la revue de la stratégie antiterroriste de Washington, qui a fait au moins six morts dans un bastion insurgé du nord-ouest du Pakistan, selon des responsables.

Le sort du numéro deux du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), allié d’Al-Qaïda et principal groupe armé en guerre ouverte contre le pouvoir à Islamabad, demeurait incertain en fin de journée mercredi, plusieurs sources sécuritaires suggérant qu’il avait été tué sans pouvoir toutes confirmer la chose à 100%.

«Des recherches sur le terrain sont en cours pour confirmer s’il a été tué ou a survécu» dans ce tir drone survenu à Chashma, un village près de Miranshah, principale ville du Waziristan du Nord, a déclaré à l’AFP un haut responsable du renseignement pakistanais sous le couvert de l’anonymat.

—-

Deux autres personnes ont été blessées lors de cette attaque qui s’est produite dans le village de Chashma, près de Miranshah, principale ville du Waziristan du Nord, une zone tribale semi-autonome du nord-ouest pakistanais qui sert de sanctuaire aux insurgés talibans et à d’autres groupes liés à Al-Qaïda.

«Au moins six insurgés ont été tués», a dit à l’AFP une source sécuritaire pakistanaise, révisant à la hausse un premier bilan faisant état de quatre morts. Une seconde source sécuritaire a confirmé ce nouveau bilan.

Un habitant de Miranshah a indiqué à l’AFP avoir vu des rebelles se diriger en voiture, avec six cercueils, vers le village Chashma, après les bombardements américains.

D’après les deux sources sécuritaires, un commandant du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), un groupe islamiste armé en lutte ouverte contre le pouvoir à Islamabad et qui multiplient depuis six ans les attentats, a été tué dans cette attaque.

Il s’agit du premier tir de drone depuis les élections législatives du 11 mai au Pakistan, remportées par la Ligue musulmane (PML-N) de Nawaz Sharif, prochain Premier ministre.

Premier tir de drone depuis le discours d’Obama

Nawaz Sharif, qui prendra officiellement ses fonctions début juin, a récemment déclaré vouloir renforcer les difficiles relations du Pakistan avec les États-Unis, tout en prévenant ces derniers qu’ils devront prendre en compte les inquiétudes pakistanaises sur les tirs de drones.

Le président Barack Obama le 23 mai 2013 lors de son discours sur sa stratégie sur l’utilisation des drones et sa politique pour lutter contre le terrorisme (Photo: Saul Loeb/AFP)

Ces tirs sont aussi les premiers depuis le discours clé la semaine dernière du président américain Barack Obama qui avait annoncé de nouvelles directives pour encadrer l’usage des drones bombardant principalement les refuges des djihadistes au Yémen et dans les zones tribales du nord-ouest pakistanais.

Islamabad avait réagi en indiquant «apprécier» certains éléments du discours de Barack Obama, mais il continue de juger «contre-productifs»et contraires au «droit international »»ces tirs sur son territoire.

Le Pakistan les considère comme une atteinte à sa souveraineté nationale malgré le feu vert, formel ou implicite, donné par le passé par Islamabad à certains de ces bombardements dans les zones tribales.

Selon l’institut britannique Bureau of Investigative Journalism, les tirs de drone ont tué jusqu’à 3.587 personnes, dont plus de 800 civils, depuis 2004 au Pakistan.

Le dernier tir de drones en sol pakistanais remonte au 17 avril dernier. Le nombre de ces attaques a fléchi au cours des derniers mois dans les zones tribales à la lisière de l’Afghanistan.

S’il y eu «très peu d’attaques de drone au cours de l’année en cours», c’est parce que les «efforts pour éliminer Al-Qaïda du Pakistan ont été couronnés de succès», a soutenu cette semaine le secrétaire d’État américain John Kerry.

À lire aussi:

Les drones: préférables aux opérations conventionnelles et aux guerres, déclare Obama >>

Les commentaires sont fermés.