Six Afghans meurent lors d’une violente manifestation dans le sud du pays

0
Des habitants du district de Maiwand, dans la province de Kandahar, ont confie à l'AFP que la manifestation de ce mercredi visait à dénoncer une opération "irrespectueuse" de l'armée afghane et américaine (Photo: Archives/U.S. Marine Corps, Cpl. Jason T. Guiliano)
Des habitants du district de Maiwand, dans la province de Kandahar, ont confie à l’AFP que la manifestation de ce mercredi visait à dénoncer une opération « irrespectueuse » de l’armée afghane et américaine (Photo: Archives/U.S. Marine Corps, Cpl. Jason T. Guiliano)

Au moins six personnes sont décédées, ce mercredi, à l’issue de violents affrontements dans le sud de l’Afghanistan, selon la police locale. Cette dernière a évoqué la présence de talibans afghans sur les lieux d’une manifestation anti-Pakistan qui aurait dégénéré.

Ce mercredi, un nouveau rassemblement a réuni des centaines de personnes dans le district de Maywand de la province de Kandahar, dans le sud du pays. Mais à en croire les informations révélées à l’AFP par le chef de la police provinciale, le général Abdul Raziq, «l’arrivée sur place de talibans» aurait changé le cours de la manifestation.

Cette dernière se serait retournée contre le gouvernement afghan et les forces de l’OTAN, qui doit terminer son retrait d’Afghanistan en 2014. Les manifestants auraient ainsi endommagé des édifices gouvernementaux, incendié des camions, et causé la mort de deux chauffeurs, selon la police afghane. «La police a dû ouvrir le feu, tuant quatre personnes, des talibans, et en blessant dix autres», a affirmé le général Raziq.

Pour autant, les talibans ont nié avoir été présents parmi les manifestants, comme le rapporte l’AFP. L’agence a également évoqué les témoignages d’habitants du district de Maywand, ces derniers affirmant qu’une manifestation anti-pakistanaise avait déjà eu lieu dans ce district la veille. Celle de mercredi visait, pour sa part, à dénoncer une opération «irrespectueuse» menée dans la nuit par l’armée afghane et américaine.

Le président afghan appelle les talibans à combattre les ennemis du pays

Des évènements qui interviennent alors que les tensions actuelles entrent Islamabad et Kaboul restent tenaces. Suite aux récents accrochages frontaliers et à la mort d’un policier afghan, le 1er mai dernier, de nombreuses manifestations ont eu lieu en Afghanistan pour protester contre le voisin pakistanais. Plusieurs milliers de manifestants sont ainsi descendus dans les rues de Kaboul, ces derniers jours.

De nouveaux affrontements au mortier ont eu lieu, ce lundi, entre les forces pakistanaises et afghanes au cœur des régions tribales séparant les deux pays. En cause, un différend frontalier tenace, récemment ravivé par la construction par le Pakistan de nouvelles installations.

Pour le porte-parole du ministère afghan de l’Intérieur, Sediq Seddiqi, le comportement des forces pakistanaises a mis le feu aux poudres. «Ils ont repris la construction. Nos gardes-frontières leur ont demandé de ne pas le faire. Les Pakistanais ont ouvert le feu contre eux. Nos gardes-frontières ont riposté. La partie pakistanaise déclare que les tirs ont été commencés par les Afghans», a-t-il déclaré à l’issue des affrontements, ce lundi.

De son côté, le président afghan Hamid Karzaï a appelé les talibans à lutter contre les ennemis nationaux, visant indirectement le voisin pakistanais. «Au lieu de détruire leur propre pays, ils [les talibans, ndlr]devraient tourner leurs armes contre ceux qui complotent contre la prospérité afghane. Ils devraient soutenir ce jeune homme qui est mort en martyr pour défendre son territoire», a-t-il déclaré devant la presse.

Tentant de lutter face à «l’offensive du printemps» lancée par les talibans, le président afghan doit faire face à un défi de taille pour la stabilité du pays. Dans un peu plus d’un an, les dernières forces internationales quitteront le territoire et les forces afghanes devront alors assurer l’entière sécurité du pays. L’instabilité actuelle laisse ainsi présager d’un nouvel embrasement national, une crainte ravivée par les tensions avec le voisin pakistanais, accusé d’accueillir des talibans afghans de son côté de la frontière.

À lire aussi:

Les forces afghanes et pakistanaises s’affrontent à la frontière entre les deux pays >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.