Syrie: massacre en pays alaouite, des femmes et des enfant tués et brulés

2
Massacre à Al-Bayda (Photo: Archives/Al-Arabiya)
Massacre à Al-Bayda (Photo: Archives/Al-Arabiya)

La guerre en Syrie s’est déplacée pour la première fois vers le pays alaouite dans ce qui ressemble à une opération de nettoyage ethnique de la part des forces du régime, qui ont bombardé les quartiers sunnites de la ville de Banias et massacré, hier, la populations civile du village d’al-Bayda, rapporte ce vendredi 3 mai l’Observatoire syrien des droits de l’Homme.

—-
Mise à jour du 04/05/13 à 11h50

Ce qu’on craignait s’est réalisé: après al-Bayda, Banias.

Au moins 62 corps, dont 14 enfants, ont été découverts samedi dans un quartier de Banias, pris d’assaut la veille par les forces du régime de Bachar al-Assad, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), et le bilan pourrait s’alourdir.

—-

Pas moins de 51 personnes ont été sommairement exécutées hier par les forces du régime et les milices pro-régime Shabiha dans le village d’al-Bayda, selon l’OSDH.

Des femmes et des enfants ont été tués par balles, d’autres ont été poignardés, tués avec objets contondants ou brûlés.

Ce massacre à al-Bayda a été suivi, aujourd’hui, par une vaste opération de perquisitions, de raffles et d’arrestations à Banias.

Ce vendredi 3 mai, les forces du régime et les milices Shabiha, vont de maison en maison dans les quartiers sud de Banias, ciblant en particulier les maisons habitées par des réfugiés d’autres régions du pays et les propriétaires des maisons qui leur ont offert un refuge. Ils sont alors emmenés et livrés aux responsables de la sécurité politique du régime.

L’OSDH n’a pas caché cette fois ses craintes que le conflit dégénère en génocide et qu’il y ait à Banias «un massacre» comme celui qui s’est produit jeudi à al-Beyda».

Banias compte 40 000 habitants dont 50% de sunnites et 45% d’alaouites, la minorité dont est issue Bachar al-Assad. Les villages sunnites du sud de Banias abritent quant à eux environ 20 000 personnes.

Mais, à l’échelle de la province de Tartous, dont fait partie Banias, les sunnites ne sont que 10% , contre 80% d’alaouites.

Le pays alaouite (Tartous, Lattaquié) pourrait être le dernier bastion où, en cas de défaite, les forces d’Assad trouveraient refuge et, pour cette raison, le régime, incapable d’y tolérer la présence d’alliés potentiels des rebelles pourrait être tenté de procéder dès maintenant à un nettoyage ethnique sur ce territoire.

L’OSDH dénonce le silence de la communauté internationale devant ce «massacre purement confessionnel perpétré par le régime syrien.» et demande «le transfert du dossier à la Cour pénale internationale, afin de faire juger les assassins du peuple syrien».

La France, pour sa part, a immédiatement exprimé son indignation suite aux massacres perpétrés contre les populations sunnites de la ville portuaire de Banyas. «Elle condamne avec la plus grande force cet acte odieux, qui illustre l’intensification de la violence en Syrie et est constitutif d’un crime de guerre.», dit un communiqué du ministère français des Affaires étrangères, publié aujourd’hui.

«Ces massacres, perpétrés par les milices et l’armée, montrent toute la sauvagerie dont est capable le régime, qui poursuit sa politique de la terre brûlée en poussant explicitement à l’affrontement communautaire», dit le Quai d’Orsay, qui ajoute «Ces crimes ne doivent pas rester pas impunis. Leurs auteurs devront rendre des comptes devant la justice pénale internationale.»

Par ailleurs, des rebelles ont tiré vendredi deux roquettes sur l’aéroport international de Damas, touchant un avion stationné et un réservoir de kérosène, selon l’agence officielle Sana.

À lire aussi:

Les États-Unis n’écartent plus la possibilité d’armer les rebelles syriens >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Discussion2 commentaires

  1. Le problème avec cet article comme 95% des articles concernant la Syrie dans les médias occidentaux serviles est que leur source – l'OSDH basée au.. Royaume Uni! – est plus que controversée. Ils sont plus que partiaux(pro-rebelles et anti-assad) et n'hésitent pas à diffuser des informations mensongères.