Un missile balistique français s’autodétruit après son lancement

0
Lancement d'un missile intercontinental français M51 de nouvelle génération, d'une portée de 8 000 km, d'une hauteur de 12 mètres et d'un poids maximal de 56 tonnes avec ses six têtes nucléaires (Photo: Archives/Défernse/gouv.fr)
Lancement d’un missile intercontinental français M51 de nouvelle génération, d’une portée de 8 000 km, d’une hauteur de 12 mètres et d’un poids maximal de 56 tonnes avec ses six têtes nucléaires (Photo: Archives/Défense/gouv.fr)

Le tir d’essai d’un missile balistique français M51 réalisé dimanche matin, 5 mai, depuis un sous-marin nucléaire s’est soldé par un échec, le missile s’étant autodétruit après son lancement, rapporte le ministère français de la Défense.

«C’est un échec dont une enquête devra déterminer les raisons», a déclaré lors d’un point presse le capitaine de corvette Lionel Delort, officier de communication de la préfecture maritime de l’Atlantique.

«La Direction générale de l’armement (DGA) et la marine nationale ont entrepris, le dimanche 5 mai 2013, un tir d’essai d’un missile balistique stratégique M51 à partir du Sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) « Le Vigilant », depuis la baie d’Audierne (Finistère)», dit un communiqué de la Défense française qui précise « Comme toujours, cet essai a été effectué sans charge nucléaire.»

«La sortie du missile à partir du sous-marin s’est déroulée normalement et en toute sécurité pour le sous-marin et son équipage», poursuit le communiqué, mais «Lors de la première phase du vol, un incident s’est produit et a entraîné l’autodestruction du missile. A ce stade d’analyse et d’observation, les débris sont tombés dans la zone interdite pour la circonstance à la navigation maritime et à la circulation aérienne.»

Le M51 est un missile intercontinental destiné aux sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de nouvelle génération.

Il s’agissait du 6e tir du missile balistique stratégique M51 et l’échec de dimanche est le premier échec du genre depuis 1996.

Une commission d’enquête va être diligentée pour déterminer les causes de cet échec, précise encore le ministère français de la Défense.


Vidéo tournée le 5 mai par un particulier du missile M-51 qui s’autodétruit après son lancement (Source: Johan Marchand)

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.