Un problème de générateur contraint le NCSM Windsor à rester dans les eaux côtières

2
Le Navire canadien de Sa Majesté Windsor, un sous-marin de classe Victoria, quelques instants après avoir fait surface (Photo: Archives/MDN-DND 2004)
Le Navire canadien de Sa Majesté Windsor, un sous-marin de classe Victoria, quelques instants après avoir fait surface (Photo: Archives/MDN-DND 2004)

Remis à l’eau en avril 2012, le NCSM Windsor va devoir limiter son activité aux eaux côtières dans les prochains mois. L’un des quatre sous-marins de la Marine canadienne doit en effet changer un générateur diesel défectueux, comme l’a révélé, ce mardi, la chaine CBC.

D’après le capitaine de vaisseau Luc Cassivi, directeur du service canadien des sous-marins, les activités du NCSM Windsor sont désormais limitées. Après cinq années de travaux pour le remettre à neuf, le sous-marin basé à Halifax avait été remis à l’eau en avril 2012. Mais la profondeur à laquelle le bâtiment peut plonger est désormais limitée.

Et pour cause, le capitaine Cassivi a confirmé à CBC les difficultés actuelles du NCSM Windsor, contraint de changer un générateur diesel défectueux. Si un second générateur fonctionne actuellement, le NCSM Windsor ne pourra reprendre la totalité de ses activités que lorsque cet énorme moteur de 16 cylindres sera retiré et remplacé. Cela pourrait être fait à la fin de l’été prochain, le capitaine Cassivi ayant confié que cette opération de remplacement puisse prendre «quelques mois».

Alors qu’il devait être déclaré opérationnel en 2013, le sous-marin canadien a subi «un défaut inattendu», de l’aveu même du capitaine de vaisseau. Pour autant, ce dernier a affirmé que «le processus d’enquête» allait être mis en place et qu’aucun exercice prévu ne serait annulé.

«En dépit de la perte d’un de ses deux groupes électrogènes, le NCSM Windsor continuera de mener des opérations locales en mer afin de voir à l’entraînement de son équipage, mais il sera temporairement soumis à des restrictions relatives à son autonomie et à la portée de ses opérations», peut-on lire sur le site internet de la Marine Royale canadienne.

Ajoutant que «la pleine capacité opérationnelle en sera retardée de quelques mois», la Marine «entend minimiser les délais que ces réparations occasionneront en les effectuant durant une période de maintenance prévue et en tenant à l’avance plusieurs autres activités d’entretien en vue de sauver du temps et de réduire le plus possible les coûts associés».

209 millions $ pour le remettre à l’eau en 2012

Le capitaine de vaisseau Cassivi a également confirmé que les travaux de remise à neuf effectués avant sa remise à l’eau en avril 2012 avait coûté 209 millions $. La Marine Royale canadienne a expliqué, sur son site internet, qu’à la fin de son cycle de maintenance approfondie, «une défectuosité sur l’un deux groupes électrogènes diesel du sous-marin» a été décelée «lors des essais en mer».

La flotte sous-marine subit là un nouvel accroc dans la disponibilité opérationnelle de ses navires. En effet, seul le NCSM Victoria est aujourd’hui pleinement opérationnel parmi les quatre sous-marins canadiens. De son côté, le NCSM Chicoutimi est actuellement en grand carénage, son cycle de maintenance approfondie, et ne devrait débuter ses essais en mer qu’à la fin de l’année 2013.

Quant au NCSM Corner Brook, son grand carénage ne débutera qu’à l’issue de celui du sous-marin Chicoutimi «pour des raisons de gestion de programme et de marchés relatives au contrat de soutien en service du ministère de la Défense nationale», comme le précise la Marine Royale canadienne. L’ampleur exacte des dégâts causés sur le navire après qu’il est heurté le fond de l’océan, en juin 2011, en Colombie-Britannique, n’a pas encore été défini. CBC évoque quelque 200 millions $ de réparations à venir.

À lire aussi:

Pas de système de contrôle de l’air à bord des sous-marins de classe Victoria >>

Sous-marins canadiens: 3 sur 4 seront opérationnels pour 2013 >>

Le sous-marin NCSM Windsor bientôt déclaré opérationnel >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Discussion2 commentaires

  1. Alain Gaudreault

    Fonder le métal et faisons quelque chose avec!le canada met en danger des marins pour rien!

  2. Jean Rouleau

    La grosse misère noir ce sont des sous-marins finis, je ne peut croire que l'on gaspille notre argent sur des cigare rouiller et désuet, je donne pas gros face aux sous-marins et navires des autre marines. Je trouves révoltant que l'on risque nos marins a naviguer dans des conditions non sécuritaire. Harper se vante de protéger nos eaux et démontrer la souveraineté du pays face aux intrusions non aviser des sous-marins étrangers qui navigue dans nos eaux territoriales sans notre permission et se rie de nos sous-marins vétuste qui ne pourront même pas les détecter et de plus intervenir avec leur limitation.