«Une expérience humaine incroyable» pour l’astronaute canadien Chris Hadfield

1

L'astronaute canadien Chris Hadfield (à gauche) lors de son retour sur terre, ce lundi, au Kazakhstan, en compagnie de ses homologues russe Roman Romanenko et  américain Tom Marshburn (Photo: NASA/Carla Cioffi)
L’astronaute canadien Chris Hadfield (à gauche) lors de son retour sur terre, ce lundi, au Kazakhstan, en compagnie de ses homologues russe Roman Romanenko et américain Tom Marshburn (Photo: NASA/Carla Cioffi)

Pour sa première conférence de presse depuis son retour sur terre, l’astronaute canadien Chris Hadfield a évoqué, ce jeudi, «une expérience humaine incroyable» pour qualifier sa mission dans l’espace. Celui qui fut le premier Canadien à commander la Station spatiale internationale (ISS) a également abordé ses soucis de santé, mentionnant «une période de réadaptation difficile».

«C’est incroyable d’être ici maintenant après une expérience comme celle-là». Par ces mots, l’astronaute canadien le plus célèbre a entamé sa première vidéoconférence à partir de Houston, au Texas. Retransmise par l’Agence spatiale canadienne, elle a permis de faire partager l’expérience d’un astronaute, d’un scientifique mais aussi d’un homme, d’un citoyen. Un Canadien fier d’avoir rempli sa mission et son expédition.

«C’était un défi incroyable d’être commandant d’un engin spatial comme la station [spatiale internationale (ISS), ndlr]. Je me suis préparé pour cela depuis cinq ans», a-t-il déclaré. Il s’agit pour lui de «donner une opportunité pour les Canadiennes et les Canadiens» de mieux comprendre ce qu’il se passe dans l’espace, «de mieux connaitre la science et le processus scientifique». Mais cette expédition était aussi une manière de «mieux savoir que nous avons des capacités en orbite. Ce n’est pas juste pour les étrangers. C’est une chose possible pour le Canada», a martelé Chris Hadfield.

video platformvideo managementvideo solutionsvideo player
Chris Hadfield de retour sur Terre (Vidéo: Agence spatiale canadienne/NASA)

«Nous étions bien préparés»

Car au cours de cette Expédition 35, le premier commandant canadien de la Station spatiale internationale (ISS) a effectué plus de 130 expériences scientifiques. «C’est un excellent laboratoire scientifique», a-t-il précisé, ce jeudi. «Cinq mois après, je peux le dire, nous étions bien préparés. La NASA nous a mis des moyens excellents à disposition pour ces cinq mois en orbite», a-t-il ajouté.

NOTRE DOSSIER SUR L’EXPÉDITION 34/35 MENÉE PAR CHRIS HADFIELD >> >>


Parmi ces moyens, l’astronaute canadien a ainsi pu bénéficier d’une connexion régulière avec la terre ferme. Profitant notamment des réseaux sociaux, Chris Hadfield a souhaité faire connaître son expérience, la vulgariser pour qu’elle soit comprise de tous. «Il est absolument nécessaire d’avoir des robots et des humains. C’est l’expérience humaine qui est importante pour nous. Quand vous avez un humain là-bas, et qu’il peut exprimer une partie de cette magie avec la musique et les mots, cela donne une autre façon de comprendre notre avenir, autre  que sur la surface de la terre», a-t-il déclaré.

À la question de savoir si sa couverture médiatique de l’expédition a pu dénaturer son côté scientifique, Chris Hadfield a tenu à évoquer l’ensemble du travail fourni par lui-même et l’ensemble de son équipage. «J’étais ingénieur puis pilote d’essai. J’ai travaillé comme astronaute, chercheur, j’ai été directeur de la NASA à la cité des étoiles en Russie. J’ai un CV assez plein», a-t-il ajouté pour préciser l’importante mission qui lui a été confiée à bord de l’ISS.

«Aujourd’hui, Chris se sent comme un vieil homme !»

«Comment notre corps contrôle la pression sanguine? Un épouvantail sur une table à bascule pour mesurer comment» (Photo: Chris Hadfield/Twitter)
«Comment notre corps contrôle la pression sanguine? Un épouvantail sur une table à bascule pour mesurer comment» (Photo: Chris Hadfield/Twitter)

Mais l’astronaute doit désormais se réadapter à la vie sur la terre ferme. Une période loin d’être évidente à gérer. «C’est tellement difficile à croire. J’étais en orbite, j’avais des journées pleines, beaucoup de choses à faire. Revenir sur terre, ce n’est pas facile. Cette période de réadaptation est difficile», a-t-il confié.

Ce mercredi, Raffi Kuyumjian, médecin-chef de l’ASC et médecin de vol pour le commandant Hadfield, a évoqué les soucis de santé actuels de l’astronaute canadien. «Voler dans l’espace est un peu comme un vieillir prématurément. Aujourd’hui, Chris se sent comme un vieil homme! Il traine parfois ses pieds en marchant, il a mal au dos, a de la difficulté à tourner les coins et entre parfois en collision avec eux! Il se sent étourdi et trouve difficile de monter ou descendre des escaliers. Sa dextérité manuelle est aussi affectée», a-t-il précisé.

«C’est très difficile pour mon corps actuellement», a confirmé Chris Hadfield. Actuellement à Houston pour effectuer des tests et des comptes rendus de sa mission, l’astronaute de 53 ans poursuit le reconditionnement de son corps à la vie sur la terre ferme. «Pour l’instant, c’est juste difficile de marcher, je ne suis pas prêt à courir», a-t-il ironisé.

«Revenir sur terre, c’est comme un accident véhiculaire. Nous avons frappé la terre. Physiquement et psychologiquement, c’est une nouvelle direction. J’ai besoin de temps pour faire les choses nécessaires, le débriefing technique, les recherches scientifiques», a-t-il ajouté. Avant d’annoncer sa présence, le 1er juillet prochain, à la Fête du Canada, à Ottawa.

À lire aussi:

Retour sur terre pour l’astronaute canadien Chris Hadfield (VIDÉO) >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

DiscussionUn commentaire