Washington et Séoul unis pour se défendre contre les «provocations» de Pyongyang

0
La présidente sud-coréenne Park Geun-hye et le président américain Barack Obama, lors d'une conférence de presse conjointe, le 7 mai 2013 (Photo: capture Global News)
La présidente sud-coréenne Park Geun-hye et le président américain Barack Obama, lors d’une conférence de presse conjointe, le 7 mai 2013 (Photo: capture Global News)

Lors d’une conférence de presse conjointe, le président américain Barack Obama et son homologue sud-coréenne Park Geun-Hye ont affirmé, ce mardi, à la Maison Blanche, leur intention de poursuivre leur collaboration pour faire face aux menaces de la Corée du Nord.

Dans une déclaration commune diffusée quelques minutes avant la conférence de presse, Barack Obama et Park Geun-Hye ont promis de «continuer à défendre» leurs ressortissants contre les «provocations de la Corée du Nord».

Pour sa première visite sur le sol américain depuis sa prise de pouvoir en février dernier, la chef d’État sud-coréenne a notamment assuré, en compagnie du président américain, que les deux pays collaboreront à «contrer la menace des missiles» de Pyongyang.

Barack Obama a notamment rappelé que le soutien de Washington à Séoul «ne faiblira(it) pas». Il a également déclaré que la Corée du Nord, «une fois de plus, n’avait pas réussi» à mettre à mal les relations entre les États-Unis et la Corée du Sud. «L’époque où la Corée du Nord pouvait créer une crise et arracher des concessions est révolue», a-t-il ajouté.

Pyongyang retire deux missiles Musudan

Ces déclarations interviennent alors que Pyongyang semble quelque peu infirmer sa rhétorique belliqueuse. Ce lundi, un responsable de la défense américaine a assuré que deux missiles nord-coréens Musudan, d’une portée de 5 500km selon certains experts, avaient «été retirés» de leur site de lancement.

«Les deux missiles Musudan n’ont pas pu être identifiés dans la région où ils avaient été déployés. Il semble qu’ils ont été déplacés vers un autre lieu et les autorités chargées du renseignement de la Corée du Sud et des États-Unis cherchent actuellement à retrouver leurs traces», a expliqué à l’agence Yonhap une source gouvernementale sud-coréenne, citée sous couvert de l’anonymat.

Pour le porte-parole du Pentagone, George Little, cette «pause dans les provocations» de Pyongyang constitue un développement positif. Pour autant, le principal conseiller de Barack Obama pour l’Asie du Sud-Est, Danny Russel, a déclaré, ce lundi, qu’il était «prématuré de déterminer si le cycle des provocations nord-coréennes est en phase ascendante, descendante ou zigzagante». «Nombreux sont les experts qui s’attendent à ce que ce cycle […] culmine dans une sorte de grand feu d’artifice, et personne ne peut l’exclure», a-t-il ajouté.

D’autant que Pyongyang a de nouveau menacé Séoul de représailles immédiates en cas d’attaque. Les soldats nord-coréens ont ainsi reçu l’ordre de «réagir immédiatement au cas où un seul obus tombe» du côté nord-coréen de la frontière maritime entre les deux pays, selon un communiqué publié par l’agence officielle KCNA. Avant de promettre une «mer de flammes» aux îles sud-coréennes frontalières en cas de réplique de Séoul ou Washington, selon le commandement de l’armée de Pyongyang.


Parfum de détente relative en Corée – 6 mai 2013 (Vidéo: Euronews)

À lire aussi:

Baisse du niveau d’alerte, Pyongyang commence à retirer des missiles >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.