Le Hezbollah répond à ses détracteurs et poursuit le combat

1
Le chef du Hezbollah chiite libanais Hassan Nasrallah s'adresse à ses partisans, le 14 juin 2013 à Beyrouth (Photo: AFP)
Le chef du Hezbollah chiite libanais Hassan Nasrallah s’adresse à ses partisans, le 14 juin 2013 à Beyrouth (Photo: AFP)

Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah chiite libanais qui combat aux côtés des forces du régime de Bachar Al-Assad en Syrie, a répondu à ses détracteurs en disant que le Hezbollah, après avoir aidé le régime de Damas à reconquérir Qousseir, va rester impliqué dans le conflit.

Des critiques fusent de tout le monde musulman sunnite contre l’action du Hezbollah et, vendredi, des milliers d’islamistes ont défilé vendredi au Caire contre le régime syrien, au lendemain d’un appel d’oulémas (savants musulmans) sunnites, en particulier égyptiens, au jihad en Syrie.

La Ligue arabe quant à elle a dénoncé l’engagement du Hezbollah dans le conflit en Syrie aux cotés des forces d’Assad et les monarchies pétrolières du Golfe, dans lesquelles vit et travaille une importante communauté libanaise, ont annoncé pour leur part des sanctions contre les membres du Hezbollah en réponse à cette intervention.

«Avant Qousseir, c’est comme après Qousseir. Rien n’a changé», a dit Hassan Nasrallah, ajoutant «Là où nous devons être, nous y serons», dans son discours télévisé, où il affirmait vouloir défendre la Syrie et le Liban.

Peu après le discours de Nasrallah, des tirs de représailles en provenance de Syrie ont visé la ville libanaise de Baalbeck à majorité chiite, faisant deux blessés, ainsi qu’une localité du nord syrien, elle aussi de confession chiite.

Douce ironie, le chef du Hezbollah a mis en garde contre les dissensions confessionnelles entre sunnites et chiites, alors qu’il est lui-même accusé d’avoir exacerbé ces tensions par son soutien au régime de Bachar Al-Assad, issu de la communauté alaouite, un mouvement du chiisme, contre les rebelles, en très grande majorité sunnites.

Mais il a défendu une nouvelle fois l’action du Hezbollah, affirmant, à l’instar du régime syrien, qu’une «guerre mondiale» est menée contre la Syrie.


Syrie: l’ONU condamne l’intervention de combattants étrangers (Vidéo: AFP)

À lire aussi:

Égypte: des milliers d’islamistes défilent au Caire contre le régime syrien>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

DiscussionUn commentaire