Après l’annulation de la réunion de Séoul, Pyonyang veut maintenant rencontrer les Américains

1
Le dirigeant Kim Jong-Un lors d'une visite d'une installation militaire, le 20 mars 2013 (Photo: Archives/KCNA)
Le dirigeant Kim Jong-Un lors d’une visite d’une installation militaire, le 20 mars 2013 (Photo: Archives/KCNA)

La Corée du Nord, par la voix d’un porte-parole de la Commission de défense nationale, a proposé ce dimanche 16 juin la tenue d’une réunion de haut niveau avec les États-Unis, rapport l’agence sud-coréenne Yonhap, citant l’Agence officielle de presse nord-coréenne (KCNA).

«Nous proposons une réunion de haut niveau entre les gouvernements nord-coréen et américain pour apaiser les tensions militaires sur la péninsule coréenne et établir la paix et la sécurité dans la région», a déclaré selon l’agence le porte-parole de la Commission.

Cette proposition survient cinq jours après l’annulation de leur réunion «ministériel» prévue pour les 12 et 13 juin en raison d’un différend sur le niveau du chef de la délégation représentant chacune des parties

«Lors de la réunion de haut niveau entre les autorités coréennes et américaines, divers sujets d’intérêt mutuel comme l’apaisement des tensions militaires, le remplacement de l’accord d’armistice par un traité de paix et la «construction d’un monde sans armes nucléaires» proposée par les États-Unis pourront être discutés de manière globale et sérieuse», a déclaré le porte-parole, ajoutant que «Les États-Unis peuvent décider du lieu et de la date de la réunion à leur gré.»

Toujours selon l’agence, le porte-parole a appelé les États-Unis à répondre activement à la «décision courageuse» et à la «bonne volonté» de la Corée du Nord s’ils souhaitent vraiment un «monde sans armes nucléaires» et un apaisement des tensions. «Toute évolution de la situation dépendra du choix responsable des États-Unis qui ont aggravé jusqu’à présent la situation sur la péninsule coréenne», a encore déclaré le porte-parole de la Commission nord-coréenne.

Il a présenté, dit encore l’agence de presse, « la dénucléarisation de la péninsule coréenne comme les dernières instructions des défunts dirigeants, Kim Il-sung et Kim Jong-il, et l’une des tâches politiques prioritaires du pays.»

«Notre dénucléarisation signifie la dénucléarisation de toute la péninsule coréenne, y compris la Corée du Sud, et la dénucléarisation la plus exhaustive présentée avec comme objectif de mettre complètement un terme aux menaces nucléaires des États-Unis à notre encontre», a aussi affirmé le porte-parole, soulignant toutefois que «Notre statut légitime en tant qu’État doté du nucléaire sera maintenu de manière inébranlable jusqu’à ce que la dénucléarisation se réalise sur toute la péninsule coréenne et les menaces nucléaires venant de l’extérieur disparaissent complètement».

Depuis que, sous la pression de la Chine qui refusait de tolérer le chaos à sa porte, la Corée du Nord a cessé de proférer des menaces, elle semble vouloir rencontrer tout le monde, mais n’a encore rencontré véritablement engagé de pourparlers sérieux avec personne.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

DiscussionUn commentaire

  1. Ils ne seront jamais sérieux ils vont encore nous faire des problèmes