Avertissement du chef de l’armée égyptienne: l’armée interviendra d’elle-même en cas de heurt

0
Le général Abdel Fattah El-Sisi, ministre égyptien de la Défense et chef de l'armée (Photo: Archives/page Facebook/El-Sissi)
Le général Abdel Fattah El-Sisi, (au centre) ministre égyptien de la Défense et chef de l’armée (Photo: Archives/page Facebook/El-Sissi)

Le ministre de la Défense et chef de l’armée égyptienne a sommé dimanche les hommes politiques de se réconcilier et, affirmant que les forces armées ne permettront pas à l’Égypte de glisser dans la violence, a déclaré qu’il serait de leur devoir d’intervenir si des heurts éclataient dans le pays à l’occasion des rassemblements prévus dans les jours à venir.

Le général Abdel Fattah El-Sisi a appelé les forces politiques égyptiennes à se tourner vers la réconciliation et la compréhension afin de protéger l’Égypte dans un discours dimanche lors d’une conférence de l’armée au Galaa Theatre, dans la capitale.

«Les forces armées font appel à tout le monde pour trouver un moyen d’en arriver à la compréhension, l’entente et la vraie réconciliation afin de protéger l’Égypte et de son peuple», a déclaré le général ajoutant « nous avons le temps (une semaine) pour réaliser beaucoup», dans un discours qui a aussi été publié sur la page officielle Facebook du porte-parole de l’armée égyptienne.

Sur sa page Facebook, le général souligne aussi l’impartialité et la neutralité des membres des forces armées, qui se sont tenus depuis plusieurs mois «loin de la politique» mais qui, insiste-t-il, sont des « hommes loyaux envers l’Égypte et ses habitants.»

La semaine prochaine, des rassemblements antigouvernementaux organisés par des groupes d’opposition sont prévus pour le 30 Juin., 1er anniversaire de l’arrivée au pouvoir du président islamiste Mohamed Morsi, issu de la confrérie des Frères musulmans.

Les groupes islamistes qui soutiennent le président Morsi ont déclaré pour leur part qu’ils vont organiser des rassemblements rivaux à l’appui du président assiégé.

«Les forces armées ont évité la politique dans la dernière période, mais la responsabilité nationale et morale des forces armées envers leur peuple les oblige à intervenir pour empêcher l’Égypte de glisser dans un tunnel sombre de sectarisme, d’affrontements et de meurtres, ou l’effondrement des institutions de l’État », a déclaré le chef de l’armée égyptienne.

Le ministre a laissé entendre que la division dans la société égyptienne est dangereuse.

Le général El-Sissi a également ajouté que les forces armées égyptiennes sont entièrement responsables de la protection de la volonté du peuple égyptien, déclarant que les forces armées ne resteront pas silencieuses devant les tentatives d’effrayer et de terroriser les Égyptiens.

Les forces armées ne vont pas garder le silence plus longtemps face aux insultes répétées à l’institution et ses symboles, a affirmé le ministre de la Défense et chef de l’armée, qui a conclu en déclarant «J’espère que tout le monde réalise les répercussions que ce discours pourrait avoir sur la sécurité nationale de l’Égypte.»

L’Égypte est profondément divisée entre les partisans du président islamiste Mohamed Morsi, qui estiment qu’il épure les institutions après des décennies de corruption, et ses détracteurs qui l’accusent d’accaparer le pouvoir, de brimer les libertés, et de détourner la révolution égyptienne au bénéfice de la confrérie des Frères musulmans dont il est issu.

Après des mois de dissensions politiques ont dégénéré à de nombreuses reprises en violences parfois meurtrières dans les rues du Caire ou d’Alexandrie, Mohamed Morsi est actuellement la cible d’une campagne réclamant son départ, baptisée Tamarrod (rébellion, en arabe), et dont les organisateurs affirment avoir rassemblé 15 millions de signatures pour réclamer une élection présidentielle anticipée.

Quoi qu’il en soit, l’armée ne semble pas avoir besoin de la permission de personne pour faire ce qu’elle croit être son devoir: dans son discours, le ministre de la Défense et chef de l’armée a affirmé clairement que «Le lien de l’armée avec le peuple est éternel» et que l’armée ne laissra personne «s’immiscer dans sa relation avec le peuple égyptien ni la diminuer.»

Se voyant garante de l’intégrité de l’Égypte, l’armée semble, si on en croit ce doscours, prête à intervenir d’elle-même si cela s’avère nécessaire.

À lire aussi:

Les islamistes égyptiens dans la rue pour soutenir Mohamed Morsi>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.