Élections présidentielles iraniennes: le modéré Rohani largement en tête

0
Hassan Rohani, le 24 avril 2006 à Téhéran (Photo: Archives/Atta Kenare/AFP)
Hassan Rohani, le 24 avril 2006 à Téhéran (Photo: Archives/Atta Kenare/AFP)

Selon des résultats partiels annoncés samedi (à 7h, heure de Téhéran) par le ministère de l’intérieur le modéré Hassan Rohani était en tête de l‘élection présidentielle iranienne  avec 52 % des voix portant sur 18 % des bureaux de vote, un score, s’il se confirme, qui serait suffisant pour l’emporter au premier tour.

—–
Mise à jour 15/06/13 à 10h46

Le ministère de l’Intérieur iranien annonce qu’Hassan Rouhani a maintenant 16 413 281 voix sur un total de 32 189 621 comptés.

À titre de comparaison, son principal rival Mohammad Baqer Qalibaf n’a obtenu que 5 073 652 votes.

——

Mise à jour 15/06/13 à 8h07

Le ministère de l’Intérieur iranien confirme l’avance d »Hassan Rouhani.

Hassan Rouhani, très largement en tête, a 11 754 013 voix sur un total de 22 224 364 votes dépouillés jusqu’à maintenant.

  • 2e: le maire de Téhéran, Mohammad Baqer Qalibaf, maire de Téhéran, 3 494 938 votes.
  • 3e: le Secrétaire du Conseil des gardiens de la Révolution, Mohsen Rezayee Mir-Qaid, 2 723 202 votes
  • 4e: le négociateur en chef de l’Iran et Secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale (SNSC), Saïd Jalili , 2 593 169 votes.
  • 5e: l’ancien ministre des Affaires étrangères de l’Iran et conseiller principal du chef suprême pour les affaires internationales Ali Akbar Velayati, 1 405 543 votes.
  • 6e: l’ancien pétrole iranien et le ministre uranien du Pétrole et des Télécommunications, Seyed Mohammad Qarazi , ferme la marche avec 276 499 suffrages exprimés en sa faveur.

——

Hassan Rohani, un religieux de 64 ans, était le seul et unique candidat du camp des modérés et réformateurs.

Il devance pour le moment trois conservateurs: le maire de Téhéran Mohammad Bagher Ghalibaf (16,6%), le chef des négociateurs nucléaires Saïd Jalili (13,1%) et l’ex-commandant des Gardiens de la Révolution, l’armée d‘élite du régime, Mohsen Rezaïe (13,1%).

Quant aux deux autres candidats, l’ex-chef de la diplomatie Ali Akbar Velayati et Mohammad Gharazi, ils sont hors-course avec des scores faméliques de respectivement 106 000 et 25 000 électeurs.

À 1h43, heure de Montréal, Hassan Rohani écrivait donc sur son compte Twitter:

 

Hassan Rohani, 64 ans, a été le responsable des négociations sur le dossier nucléaire entre 2003 et 2005 sous la présidence du réformateur Mohammad Khatami (1997-2005).

Il prône plus de souplesse dans les discussions avec les grandes puissances pour alléger les sanctions contre l’Iran et qui ont plongé le pays dans une grave crise économique, alors que les candidats conservateurs Saïd Jalili ou Mohammad Bagher Ghalibaf refusent tout compromis, suivant en cela la ligne du guide suprême iranien Ali Khamenei.

Toutefois, même si le prochain président sera officiellement le deuxième personnage de l’État selon la Constitution iranienne, il n’aura que peu d’influence sur les dossiers stratégiques majeurs comme le nucléaire, qui sont sous l’autorité directe du guide suprême, représentant de Dieu dans cette théocratie qu’est devenu l’Iran après la révolution de 1979.

Pour le camp réformateur, il s’agissait dans cette élection de mobiliser les abstentionnistes, qui estimaient avoir été lésés et trompés lors de la réélection de Mahmoud Ahmadinejad en 2009 et s’étaient depuis jurés de ne plus participer à un autre scrutin.

Les conservateurs, pour leur part, voulaient plutôt montrer que le peuple soutenait le régime face à ses ennemis.

La majorité des électeurs étaient toutefois beaucoup plus préoccupée par la crise économique, le taux de chômage élevé, une inflation supérieure à 30% et une dépréciation de la devise iranienne de près de 70% et semble pour cette raison avoir voté pour un certain…pragmatisme.

Par ailleurs, les Iraniens ont été nombreux à se déplacer vendredi pour choisir le successeur du président Mahmoud Ahmadinejad.

Quelque 50 millions d’Iraniens étaient appelés aux urnes et le taux de participation devrait atteindre 70 % dans la province de Téhéran, voire même plus dans d’autres régions, pour un taux national de participation avoisinant les 80%.

Le ministère de l’Intérieur iranien a indiqué dans une série de communiqués que le vote, qui avait débuté à 08h00 locales, a été prolongé jusqu’à 20h00, puis 21h00, 22h00 et finalement 23h00 (14h30, Montréal) en raison de l’affluence. Les bureaux de votes auront donc fermés avec cinq heures de retard.

Dans une déclaration commune rapportée par l’agence ISNA, les six candidats à la présidentielle ont appelé vendredi leurs partisans au calme et à éviter de descendre dans la rue en attendant les résultats officiels dans un communiqué commun.


Hassan Rohani largement en tête du scrutin présidentiel en Iran (Vidéo: euronews)

À lire aussi:

Présidentielle iranienne: fin du vote et «participation importante» des électeurs>>

Élections présidentielles: les Iraniens votent pour le successeur d’Ahmadinejad>>

Fin de la campagne pour les présidentielles en Iran: union sacrée entre réformateurs et modérés>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.