En Irak, la série noire se poursuit, Kouchner propose la division du pays

0
Des Irakiens nettoient les débris d'un attentat qui a fait au moins 6 morts, le 28 mai 2013 à Sadr City à Bagdad (Photo: Ali al-Saadi/AFP)
Des Irakiens nettoient les débris d’un attentat qui avait fait au moins 6 morts, le 28 mai dernier, à Sadr City à Bagdad (Photo: Archives/Ali al-Saadi/AFP)

La mort continue de triompher en Irak: une série d’attentats à la voiture piégée faisant ce lundi 24 juin 15 morts et 65 blessés dans la capitale du pays, rapporte l’AFP, ce qui fait dire au médecin et homme politique français Bernard Kouchner que la division de l’Irak vaudrait mieux que tous ces assassinats.

Huit véhicules piégés ont explosé dans plusieurs quartiers de Bagdad, selon un responsable au ministère de l’Intérieur et une source médicale.

Déjà, dimanche, un tir de mortier a touché le quartier d’Allawi dans le centre de Bagdad, tuant deux personnes et en blessant cinq autres, et, la veille 24 personnes avaient été tuées dans une série d’attaques, dont 15 dans un attentat suicide devant une mosquée chiite au nord de Bagdad.

Ailleurs en Irak, sept personnes avaient été tuées et près de cinquante blessées hier, quand trois voitures piégées ont explosé dans une zone que se disputent le gouvernement de Bagdad et les Kurdes irakiens dans le nord du pays.

L’un de ces attentats, qui s’est produit à Ryadh, à l’ouest de la ville multiethnique de Kirkouk, lorsqu’un kamikaze a fait exploser un minibus chargé d’explosifs devant le siège de la police, a fait trois morts et 14 blessés, dont neuf policiers parmi lesquels figurait le chef de police local, Moundher Ahmed.

Deux autres attentats à la voiture piégée ont fait un mort et 27 blessés, ce même dimanche à Touz Khourmatou, une ville ethniquement mixte mais située elle aussi dans une zone disputée.

Pendant ce temps, à Mossoul, grande ville du nord du pays, un soldat a été tué par des militants alors qu’il n’était pas en service et se trouvait simplement dans la boutique d’un barbier.

Dans le centre de Bagdad, un tir de mortier a touché le quartier d’Allawi dimanche, tuant deux personnes et en blessant cinq autres, ont affirmé des responsables.

Il faut les séparer

La flambée de violences sectaires qui a commencé au début de l’année menace de replonger l’Irak dans les années sombres du conflit confessionnel des années 2006-2007, alors qu’il y avait des milliers de morts tous les mois.

Les sunnites réclament le départ du premier ministre chiite Nouri al-Maliki et la fin de la stigmatisation dont ils s’estiment victimes.

Le mois dernier, plus de 1 000 personnes ont péri dans des attentats et le représentant des Nations-Unies dans le pays, Martin Kobler, a été jusqu’à déclarer que l’Irak était au bord de l’explosion.

Ce qui a amené Bernard Kouchner, médecin et homme politique français, cofondateur de Médecins sans frontières et de Médecins du monde, ministre de différents gouvernements de gauche et de droite à proposer la division de l’Irak.

Kouchner, qui fut Haut représentant du secrétariat général de l’ONU au Kosovo de 1999 à 2001, a déclaré à l’antenne de TV5 Monde cette semaine «Je pense que l’Irak va exploser et que la Syrie ne va pas rester dans ses frontières», ajoutant «En ce moment, à Bagdad, tous les jours et de plus en plus, ce sont des attentats sunnites contre les chiites. Moi je souhaite la démocratie… Mais, apparemment, c’est difficile à obtenir.»,

Ce qui amène alors Bernard Kouchner à conclure qu’«Il vaut mieux écarter les gens les uns des autres, cela vaut mieux que l’assassinat permanent», quitte à ce qu’ils recréent d’eux-même, après, une «confédération», s’ils le désirent.


Bernard Kouchner à l’antenne de TV5 monde (Vidéo: TV5 Monde)

À lire aussi:

L’Irak est véritablement au bord de l’explosion, estime l’ONU>>

Irak: le bilan des morts en mai a dépassé 1 000 morts, selon l’ONU>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.