États-Unis: Susan Rice passe de l’ONU au poste de Conseillère à la Sécurité nationale

0
Dans le Bureau oval le 5 juin, le président Barack Obamam avec, de gauche à droite, Samantha Power, nommée ambassadrice des États-Unis à l'ONU, former Senior Director for Multilateral Affairs and Human Rights, Tom Donilon, qui quitte la direction du Conseil de Sécurité, et Susan Rice, qui devient la Copnseillère à la Sécurité nationale en remplacement de M. Donilon (Photo: Pete Souza/Maison-Blanche)
Dans le Bureau oval le 5 juin, le président Barack Obamam avec, de gauche à droite, Samantha Power, nommée ambassadrice des États-Unis à l’ONU, former Senior Director for Multilateral Affairs and Human Rights, Tom Donilon, qui quitte la direction du Conseil de Sécurité, et Susan Rice, qui devient la Copnseillère à la Sécurité nationale en remplacement de M. Donilon (Photo: Pete Souza/Maison-Blanche)

Le président Barack Obama a nommé mercredi Susan Rice Conseillère à la Sécurité nationale, en remplacement de Tom Donilon, qui part après quatre auprès du président, saluant en l’ambassadrice des États-Unis à l’ONU, qui serait devenue Secrétaire d’État, n’eût été l’opposition farouche des républicains, une responsable «exemplaire», «passionnée et pragmatique».

Cet hommage à Susan Rice, une des amies proches de Barack Obama, est un pied de nez aux républicains qui avaient contraint en décembre dernier la diplomate à renoncer à devenir le chef de la diplomatie américaine pour son rôle dans l’affaire de l’attentat de Benghazi (Libye),

Les républicains l’accusaient d’avoir trompé le public en attribuant cette attaque à une manifestation contre un film antimusulman qui avait dégénéré pour éviter de ternir le bilan en matière de lutte contre le terrorisme du président, alors en campagne pour sa réélection, les attentats qui avait coûté la vie à quatre Américains dont l’ambassadeur le 11 septembre 2012 à Benghazi.

Ce n’est que plus tard que l’administration américaine avait déclaré clairement que cet attentat était plus tard le fait d’islamistes extrémistes .

À défaut d’avoir pu obtenir la confirmation de sa nomination au poste de Secrétaire d’État, Susan Rice deviendra donc le 1er juillet le bras droit du président pour les affaires diplomatiques, un poste qui n’est pas soumis, lui, à un vote de confirmation du Sénat américain.

Le sénateur de l’Arizona, John McCain, ex-candidat de son parti à la présidence et l’un des plus influents sénateurs républicains, qui fut l’un des critiques les plus virulents de Susan Rice, a adopté un ton conciliant mercredi, affirmant via Twitter que même, s’il n’était «pas d’accord» avec cette nomination, il ferait «le maximum pour travailler avec elle sur des dossiers importants».

 

Avant de devenir représentante des États-Unis à l’ONU en 2008, Susan Rice a été Secrétaire d’État adjointe aux Affaires africaines sous l’administration Clinton, puis conseillère de Barack Obama sur les questions de politique étrangère lors de sa première campagne pour accéder à la Maison-Blanche.

Le président a d’ailleurs déclaré, lors de l’annonce de sa nomination «Susan était une conseillère de confiance lors de ma première campagne à la présidence. Elle m’a aidé à construire mon équipe de politique étrangère et à diriger notre diplomatie à l’ONU lors de mon premier mandat. Je suis absolument ravi qu’elle soit de retour à mes côtés pour diriger mon équipe de sécurité nationale pendant mon second mandat.»

Par ailleurs, le président américain a aussi annoncé mercredi la nomination de Samantha Power, qui avait remporté un Pulitzer pourun livre sur la politique étrangère de Washington à l’époque où elle était journaliste.

Encore récemment membre du Conseil de Sécurité, elle a été elle aussi l’une des principales conseillères du candidat Obama pendant la campagne présidentielle de 2008.

Le président Obama a dit souhaiter une confirmation «sans retard» pour sa candidate et, là aussi, le sénateur McCain a dit penser qu’elle était «qualifiée pour cette mission importante» et a déclaré que «le Sénat examinera(it) sa nomination le plus vite possible».


Le président Obama annonce la nomination de Susan Rice à la tête du Conseil de la Sécurité nationale et de Samantha Power comme ambassadrice des États-Unis à l’ONU (Vidéo: Maison-Blanche)

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.