Les Forces canadiennes recoivent leur premier hélicoptère CH-147F Chinook (PHOTOS/VIDÉO)

0

Le premier hélicoptère CH-147F Chinook des Forces armées canadiennes a été officiellement livré jeudi 27 juin.

À l’occasion d’une cérémonie à l’aéroport d’Ottawa, la ministre associée de la Défense nationale, Kerry-Lynne D. Findlay, et le ministre de la Défense nationale, Peter MacKay, se sont réjouis de la livraison du premier hélicoptère de ce genre.

«La livraison aujourd’hui du nouvel hélicoptère Chinook démontre clairement l’engagement de notre gouvernement à doter les Forces armées canadiennes de l’équipement approprié pour les nombreuses tâches exigeantes qu’on leur demande d’exécuter», a déclaré la ministre Findlay qui est responsable des achats militaires au sein de la Défense. «L’hélicoptère Chinook canadien de modèle F – conçu spécialement pour les exigences opérationnelles et environnementales uniques – offrira une mobilité et une souplesse plus grandes à l’Aviation royale canadienne.»

M. MacKay a souligné l’augmentation des capacités qu’amèneront ces hélicoptères. «À mesure que l’instruction initiale à l’intention des membres d’équipage progressera, les nouveaux Chinook, auxquels des améliorations considérables ont été apportées, augmenteront assurément la capacité des Forces armées canadiennes à mener des opérations militaires, peu importe l’endroit où elles doivent le faire, y compris l’intervention rapide en cas d’urgence au Canada», a-t-il ainsi souligné.

En interview pour 45eNord.ca, le major-général Richard Foster, commandant-adjoint de l’Aviation royale canadienne, a précisé que la quinzaine de Chinook qui seront livrés entre 2013 et 2014 serviront tant aux opérations domestiques, en cas d’incendies, d’inondations ou de séismes par exemple, mais également aux opérations à l’étranger dans des zones plus dangereuses ou qu’il est impossible d’atteindre par voie terrestre.

Le CH-147F Chinook est un hélicoptère de transport moyen à lourd avancé à missions multiples. Même si sa mission principale consiste à transporter de l’équipement et du personnel durant les opérations au pays et à l’étranger, il fournit également une capacité essentielle d’intervention en cas d’urgence nécessitant une aide humanitaire (p. ex., incendies, inondations, séismes). Ces Chinook canadiens ont été modifiés afin de satisfaire aux exigences opérationnelles nationales. Notamment, ils ont été munis de réservoirs de carburant à long rayon d’action, ce qui leur permet de parcourir une distance deux fois plus grande que les modèles précédents. Cette augmentation marquée du rayon d’action est particulièrement importante pour les missions dans les vastes régions du nord du Canada.

Ils sont également équipés d’un système électrique à la fine pointe de la technologie, de systèmes d’alerte laser et radar perfectionnés, de trois mitrailleuses défensives et d’un système de contre-mesures de missiles actifs à laser pour neutraliser les missiles de défense aérienne. Cet équipement permettra d’utiliser plus efficacement les Chinooks canadiens dans de nombreux milieux présentant une menace, tout en augmentant la sécurité des équipages et les chances de succès des missions.

Lors de la mission de combat en Afghanistan, le Canada avait acheté six Chinook de type D aux États-Unis. Ils ont été employés au sein de l’escadre aérienne du Canada à Kandahar et a permis «de sauver de nombreuses vies», comme l’a rappelé le ministre MacKay.

Le coût total pour l’acquisition et le soutien en service du projet d’hélicoptère de transport moyen à lourd est estimé à 5 milliards $. Ce montant inclue 2,3 milliards $ pour le projet d’acquisition et 2,7 milliards $ pour le programme de soutien en service sur 20 ans. Le contrat avec Boeing a été signé en 2009. Les montants susmentionnés n’incluent pas les coûts de personnel, de fonctionnement et de maintien en service.

Dans le cadre du programme d’hélicoptère de transport moyen à lourd, Boeing s’est engagé à générer des retombées industrielles et régionales de 1,25 milliard $, de sorte que l’industrie canadienne profite grandement de cet approvisionnement. Boeing est actuellement en voie de respecter ses engagements.

Démantelé dans les années 1990, puis remis sur pied en 2012, le 450e Escadron tactique d’hélicoptères, situé sur la Base des Forces canadiennes Petawawa (Ontario), accueillera cette nouvelle flotte de 15 hélicoptères et comptera environ 400 militaires d’ici 2016.

En attendant, il faudra dons s’attendre à voir de plus en plus de Chinook dans le ciel canadien… et peut-être à l’étranger.

Spécifications

Longueur 15,9 m (fuselage), 30,18 m (de l’extrémité du rotor avant à l’extrémité du rotor arrière)
Envergure de chaque rotor 18,28 m
Hauteur 5,77 m
Masse maximale brute 24 494 kg (selon le site Web de Boeing)
Puissance (moteurs) Deux moteurs Honeywell 55‑GA‑714A, 3 529 kW (puissance sur l’arbre de 4 733 hp)
Vitesse 315 km/h (au niveau de la mer)
Rayon d’action Un rayon d’action opérationel de plus de 1 100 km
Équipement Réservoirs de carburant de grande autonomie, système de contremesures de missiles actifs à laser, système de largueur de paillettes et de fusées éclairantes, système d’alerte laser et radar, blindage complet, capteur électro optique et infrarouge, trois mitrailleuses défensives (deux canons latéraux à l’avant et un sur la rampe arrière).
Quantité 15
Années d’acquisition 2013 et 2014
Base BFC Petawawa (Ontario)

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.