John Kerry a prolongé sa mission au Moyen-Orient pour relancer le processus de paix

0
Le secrétaire d'État américain John Kerry et président palestinien Mahmoud Abbas, le 29 juin 2013 à Amman (Photo: Jacquelyn Martin/Pool/AFP)
Le secrétaire d’État américain John Kerry et président palestinien Mahmoud Abbas, le 29 juin 2013 à Amman (Photo: Jacquelyn Martin/Pool/AFP)

Le Secrétaire d’État américain John Kerry a annulé un dîner prévu samedi à Abou Dhabi sur le conflit syrien pour pouvoir poursuivre ses navettes intensives entre dirigeants israéliens et palestiniens, tentant, encore et toujours, de relancer le processus de paix bloqué depuis trois ans.

—–

Mise à jour 30/06/13 à 12h56

La reprise des pourparlers de paix israélo-palestiniens, ce ne sera pas pour cette fois.

Finalement, le secrétaire d’État américain John Kerry termine sa mission mission au Proche-Orient en revendiquant des «progrès» dans le processus de paix mais sans percée majeure sur la relance des négociations bloquées depuis trois ans.

Kerry s’était entretenu jusqu’à quatre heures du matin avec le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans un grand hôtel de Jérusalem-Ouest, puis avait rencontré le président palestinien Mahmoud Abbas une dernière fois, la troisième en 72 heures, avant de quitter la région.

Toutefois, le chef de la diplomatie américaine n’est pas parvenu à obtenir l’engagement des deux camps à revenir à la table des négociations.

Essayant malgré tout de faire bonne figure, il a déclaré avant de quitter Israël, lors de la conférence de presse qu’il devait donner ce matin mais qu’il avait reporté à cet après-midi pour se donner plus de temps et tenter encore de parvenir à un résultat: «Je suis heureux de vous dire que nous avons fait un progrès réel pendant cette visite», a assuré John Kerry lors d’une conférence de presse à l’aéroport de Tel Aviv après quatre jours de navettes entre Israéliens et Palestiniens pour tenter de relancer les pourparlers.

«Je crois qu’avec un peu plus de travail, le début des négociations sur le statut final pourrait être à notre portée», a-t-il déclaré, ajoutant «Nous avons commencé avec de profondes divergences et nous les avons comblées considérablement».

M. Kerry n’a pas précisé quand il reviendrait dans la région. «Nous n’allons pas rester coincés avec des échéances artificielles. Ce serait une grosse erreur», a-t-il fait remarquer.

Le Secrétaire d’État américain s’envole maintenant pour Bruneï où il doit assister lundi à une réunion des ministres des Affaires étrangères de pays asiatiques.

Selon les Palestiniens, il n’y a d’ailleurs pas eu de percée». «Il existe encore un fossé entre les positions palestiniennes et israéliennes», a déclaré pour sa part le négociateur en chef palestiniene Saëb Erakat.


John Kerry en conférence de presse après sa mission-marathon au Moyen-orient (Vidéo: BBC)

—–

Après avoir rencontré le président palestinien Mahmoud Abbas à Amman, en Jordanie, plus tôt samedi, John Kerry a rencontré en soirée, le même jour à Jérusalem, le premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, la ministre de la Justice Tzipi Livni, chargée des pourparlers avec les Palestiniens, le conseiller à la Sécurité nationale Yaakov Amidror et l’émissaire spécial pour le processus de paix, l’avocat Yitzhak Molcho pour tenter parvenir à un accord qui ouvrirait la voie à une rencontre entre le Premier ministre israélien et le président palestinien Mahmoud Abbas.

La route menant à un tel sommet reste encore parsemé d’obstacles.

Les Palestiniens insistent pour que Netanyahu déclare le gel de la construction dans les colonies mais le premier ministre israélien n’est pas prêt à accepter pareille demande, notamment en raison de l’opposition des membres de son gouvernement.

Les colonies israéliennes dans les territoires occupés ne sont pas actuellement en expansion et les États-Unis ont assuré les Palestiniens qu’elles ne le seraient pas dans un avenir prévisible, mais le président palestinien veut à cet égard un engagement ferme du premier ministre Netanyahu avant de s’asseoir à la table de négociations alors que ce dernier refuse d’annoncer un gel de la colonisation.

Le premier ministre israélien voudrait plutôt quant à lui reprendre les négociations sans conditions préalables.

Le Secrétaire d’État américain devait tenir une conférence de presse dimanche matin en Israël pour faire le point sur sa cinquième visite au Moyen-Orient depuis sa prise de fonction le 1er février dernier.

La conférence de presse, prévue pour 10h 30, heure d’Israël, (3h30, heure de Montréal) Israel, a toutefois été reportée dans un dernier effort pour parvenir à la relance du processus de paix avant la conférence et Kerry, qui a rencontré encore une fois les responsables palestiniens à Ramallah ce matin, devrait maintenant faire une déclaration plus tard cet-après-midi avant de quitter Israël.

À lire aussi:

Conflit israélo-palestinien: «la construction dans les colonies va continuer», selon Netanyahu>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.