La nature des conflits armés crée maintenant des «menaces sans précédent» pour les enfants

0
La Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Leila Zerrougui (Photo: ONU)
La Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Leila Zerrougui (Photo: ONU)

La Représentante spéciale pour le sort des enfants en temps de conflit armé, Leila Zerrougui, qui présentait au Conseil de sécurité le rapport du Secrétaire général pour l’année 2012, a noté que «la nature évolutive et les tactiques des conflits armés créaient aujourd’hui des menaces sans précédent pour les enfants».

«L’absence de lignes de front claires et l’impossibilité d’identifier les combattants, ainsi que l’utilisation de tactiques de terreur les ont rendu plus vulnérables», a-t-elle expliqué, soulignant que les groupes armés non étatiques constituaient en 2012 la grande majorité des parties coupables de violations des droits des enfants, soit 46 sur 55 en 2012.

Pour l’année écoulée, neuf nouvelles parties à des conflits figurent ainsi sur la liste concernant le recrutement et l’utilisation des enfants, dont le M23 en République démocratique du Congo, le MNLA, le MUJAO et Ansar Dine au Mali et l’Armée syrienne libre en Syrie.

Ces dernières sont aussi parmi les six nouvelles parties à avoir été inscrites sur la liste pour violences sexuelles à l’égard d’enfants, avec les Maï-Maï Simba «Morgan» en RDC.

En outre, le Mali figure pour la première fois dans le rapport et «Des violations graves contre les enfants continuent d’être commises à grande échelle en Syrie, ainsi que dans la région», a aussi noté Mme Zerrougui, qui a annoncé qu’elle se rendrait dans ce pays dans les prochains jours.

La représentante spéciale a aussi fait état de nouvelles préoccupations, notamment l’utilisation militaire des écoles, la détention d’enfants en raison d’allégations concernant leur association avec des groupes armés, ainsi que l’impact de drones sur les enfants.

Pour sa part, la Directrice exécutive adjointe du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Yoka Brandt, a souligné elle aussi, rapporte le service d’information de l’ONU, les deux tendances alarmantes que sont l’utilisation d’armes explosives dans les zones peuplées et le choix des écoles comme cibles militaires.

Mme Brandt a salué à ce propos la décision des Philippines d’interdire l’utilisation d’écoles par ses forces armées et a dit souhaiter que cet exemple soit suivi par d’autres.

Le Conseil de sécurité quant à lui s’est dit, lors du débat entourant le dépôt du rapport, gravement préoccupé par le «grand nombre de criminels qui continuent de commettre des violations et atteintes sur la personne d’enfants en période de conflit armé», rapporte le service d’information de l’ONU.

Le Conseil a affirmé sa «volonté de traiter sérieusement du cas des récidivistes», tout en se félicitant de la «multiplication des plans d’action signés ou en cours de négociations par les parties à tout conflit armé ainsi que de la démobilisation, de la réadaptation et de la réintégration de milliers d’enfants».

Il s’est dit une nouvelle fois prêt à envisager d’insérer des dispositions consacrées aux droits et à la protection des enfants dans tout régime de sanctions qu’il viendrait à établir, modifier ou renouveler.

Le Conseil de sécurité se propose aussi, rapporte encore le service d’information des Nations-Unies, «de renforcer les dispositions de protection des enfants de tous les mandats des missions de maintien de la paix, des missions de consolidation de la paix et des missions politiques pertinentes des Nations Unies, notamment en prévoyant le déploiement systématique de conseillers pour la protection de l’enfance.»

À lire aussi:

Les enfants syriens, affamés et malades, servent de soldats ou de boucliers humains>>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.