L’armée libanaise met en garde contre une «guerre absurde»

0
L'armée libanaise en manoeuvre (Photo: armée libanaise)
L’armée libanaise en manoeuvre (Photo: armée libanaise)

Le Commandement de l’armée libanaise, direction Orientation, met en garde contre une guerre absurde, annonce avoir renforcé les mesures de sécurité et lance un appel aux citoyens.

Au lendemain de trois attaques contre des soldats libanais dans le nord et l’est du pays et plus d’une semaine après que trois militaires ont été tués par des hommes armés à la frontière, l’armée libanaise a mis en garde vendredi, dans un communiqué émanant de son Commandement, les citoyens libanais contre ce qu’elle a appellé «un complot visant à entraîner le Liban dans une guerre absurde».

Avec la multiplication des violences liées au conflit en Syrie voisine, le Liban est déchiré selon des lignes partisanes et confessionnelles entre partisans du président syrien Bachar Al-Assad, menés par le Hezbollah chiite qui combat aux côtés des forces du régime de Damas, et adversaires du régime d’Assad, en grande partie sunnites, qui appuient leurs coreligionnaires en lutte contre Damas.

«Le commandement de l’armée […] appelle dans son communiqué les citoyens à se méfier des complots visant à faire revenir le Liban en arrière et à l’entraîner dans une guerre absurde» prévenant qu’il répondrait «aux armes par les armes».

«Le commandement de l’armée a tenté au cours des derniers mois d’œuvrer avec fermeté, détermination et patience pour empêcher le Liban de se transformer en un champ de bataille pour les conflits régionaux et éviter le transfert des événements syriens» dans le pays, poursuit le texte de l’armée libanaise. «Mais ces derniers jours, certains groupes semblaient déterminés à créer des tensions au niveau de la sécurité […] sur fond de divisions politiques au Liban sur les développements militaires en Syrie», sans toutefois désigner nommément les parties.

L’armée conseille ainsi aux citoyens «de se méfier des fausses rumeurs et de la désinformation pratiquée par certains partis politiques et religieux [… ] qui veulent utiliser la violence pour atteindre leurs objectifs» et annonce qu’elle utilisera des moyens militaires pour répondre à ces manœuvres, annonçant avoir «renforcé les mesures de sécurité, notamment dans Tripoli, Saïda, la plaine de la Bekaa» et partout au Liban où cela est nécessaire, et qu’elle continue à pourchasser les auteurs de l’attaque contre le poste de contrôle de la ville frontière d’Arsal où ont été tués le mois dernier trois soldats de l’armée libanaise.

Pendant ce temps, à Tripoli, de violents accrochages armés ont opposé vendredi des Tripolitains appartenant à des camps opposés dans les vieux souks de la capitale du Nord, rapporte l’agence nationale d’information libanaise (ANI), qui fait état d’un mort et de plusieurs blessés.

Toujours selon l’ANI, l’armée libanaise, qui a dû se déployer vendredi soir dans les vieux souks de Tripoli pour rétablir le calme, œuvre en ce moment à désamorcer les bombes qui n’ont pas explosé.

Hier, l’armée libanaise s’était aussi emparée de caches d’armes à Jabal Mohsen et à Tripoli.

À lire aussi:

Liban: nouvel incident faisant craindre un débordement du conflit syrien>>

Liban: dans les rues de Tripoli, sunnites et alaouites se déchirent comme en Syrie>>

Syrie: risque de contagion et d’éclatement au Liban, prévient Ban Ki-moon>>

Étudiante en journalisme à l'Université de Montréal, Sara s'intéresse aux questions de géopolitique.

Les commentaires sont fermés.